Pourriture de la Famille du Comte – Chapitre 41 – Je ne sais pas, je ne sais pas (2)

Mais Lock hocha simplement la tête à la réponse de Cale et se mit à parler.

« Si vous l’ignorez, puis-je vous l’expliquer ? »

Il avait demandé sous forme de question, mais on aurait dit qu’il voulait dire ce qu’il avait en tête. Cale secoua la tête pour dire “non”.

« Inutile.
– Mais. »

Cale regarda Lock.

‘Tu veux que je prenne les dix enfants de la Tribu des Loups Bleus et toi, pour créer une Brigade de Chevaliers.’

Lock était quelqu’un qui était effrayé par la Tribu de la Baleine mais était prêt à attaquer le chef de la Tribu de la Baleine pour ses amis.

‘Vous voulez que je prenne quelqu’un d’encore plus taré que des fanatiques religieux et en faire de lui mon subordonné ?’

« Inutile de continuer à raconter des conneries. »

La voix froide de Cale abaissa les épaules de Lock. Cale ne se souciait pas du tout de la réaction de Lock et commença à parler.

« Tu veux que des jeunes enfants deviennent des chevaliers ? Tu m’as demandé de protéger les enfants, mais ta suggestion semble aller à l’encontre de ta requête. »

Si Cale les entraînait à devenir des chevaliers à un si jeune âge, ils deviendraient un groupe de guerriers qui seraient même plus fous que des fanatiques religieux. C’était une pensée terrible.
Mais, plus important.

« Qu’en est-il de leurs opinions ? Pourquoi décides-tu pour eux ? »

Cale posa la question à Lock, qui avait pris la décision pour tous ses frères-et-sœurs. Lock eut une expression vide pendant un moment, avant de baisser sa tête et de s’excuser.

« Je suis désolé.
– Inutile d’être désolé. »

Cale répondit juste nonchalamment à Lock qui avait soulevé légèrement sa tête.

« Mais puisque je sais ce que tu veux de moi, je vais réfléchir à ce que je veux en retour. »

Bien sûr, il avait déjà pensé à ce qu’il voulait. Il n’en avait pas besoin pour l’instant, mais d’ici à peu près trois mois, un pouvoir ancien qui pouvait être utilisé pour faire gagner de l’argent à Cale apparaîtrait dans une montagne dangereuse. Il existerait pour seulement six mois, et quelqu’un comme Lock dans sa transformation en mode berserk serait le mieux pour grimper cette montagne.

‘Si je vends ce pouvoir ancien à la Reine de la Jungle, même si notre territoire devient endetté, j’aurai assez d’argent pour en profiter pour le reste de ma vie.’

Il augmenterait naturellement le prix avant de le vendre, mais il ne pensait pas qu’il y avait quoique ce soit de mal à augmenter le prix pour quelqu’un qui devrait avoir beaucoup d’argent.

« Va-t-il y avoir quelque chose pour laquelle vous aurez besoin de moi ? »

Cale laissa un soupir s’échapper au ton inquiet dans la voix de Lock. Cale demanda une nouvelle fois, puisque Lock semblait même davantage inquiet.

« Ne demande pas une question si évidente. Bien sûr, j’aurai besoin de ton aide.
– Ah. »

Lock s’exclama et acquiesça de la tête.

« Oui. Je ferai tout ce que vous me demanderez. S’il-vous-plaît, faîtes-le moi savoir, une fois que vous parviendrez à une décision.
– Bien sûr. »

Cale répondit de cette manière avant de prendre une petite sacoche d’argent hors de sa poche et la lança à Lock. Lock attrapa la sacoche pendant que Cale expliquait la raison de cet argent.

« Tu vas voir tes frères-et-sœurs pour la première fois depuis un moment, alors fais-leur une visite de la capitale.
– … Une visite ?
– Oui. N’est-ce pas ta première fois dans une ville comme la capitale ? Offre-leur de la nourriture délicieuse aussi. »

‘Je peux seulement avoir une discussion relaxée avec Billos, si aucun d’entre vous n’est là.’

« Ohn et Hong vont venir avec toi, pour que tu ne te perdes pas.
– Miiiiiaou.
– Miaou. »

Ohn et Hong, qui étaient assis silencieusement dans le carrosse, annoncèrent leur présence après avoir entendu la décision de Cale et approchèrent Lock. Ils tapotèrent la jambe de Lock avec leurs pattes avant.

« Arrêtez, Ohn, Hong. Ça chatouille. »

Lock caressa leurs têtes comme si c’était mignon, mais, dans les yeux de Cale, les chatons étaient sérieusement en train d’attaquer Lock. Cale les regardait et se mit à penser.

‘Je devrais laisser les enfants loups à Hans, plus tard. Ou sinon, je devrais leur trouver une nounou.’

Cale pensait qu’il serait génial si c’était quelqu’un qui pouvait aussi cuisiner et garder les choses propres. Cale pensa aux personnes qui pourraient garder les enfants loups, autre que Hans, lorsqu’il pensa à Beacrox, le fils de Ron et le second chef. Penser à Beacrox assombrit l’expression de Cale.

Beacrox était définitivement quelqu’un qui était doué à la cuisine, gardait les choses propres, et avait une réputation positive au sein de la famille Hénituse, en tant que quelqu’un qui était respectueux et normal. Toutefois, aucun de tout cela n’importait à Cale, puisqu’il savait que Beacrox était un lunatique qui aimait la torture. Il ne pouvait pas laisser une telle personne influencer la pensée pure des enfants loups.

‘Je dois aussi l’envoyer avec Choi Han.’

Il n’était pas nécessaire, mais, dans le roman, Beacrox était parti avec Choi Han et Rosalyn au Royaume de Breck pour torturer le Grand Amiral. Cale débattait sur celui qui conviendrait pour prendre soin des enfants loups, lorsque le carrosse arriva à l’auberge où Billos et les enfants loups se trouvaient.

Cale sortit du carrosse avant de parler à Lock.

« Suis-moi. »

Cale tapota l’épaule du Lock nerveux, et Lock se rendit à l’intérieur de l’auberge avec Ohn et Hong dans ses bras.

« Bienvenue à la Senteur des Raisins. Comment puis-je vous aider ? »

Cale répondit à l’accueil du jeune employé et se dirigea immédiatement vers la porte arrière. Les personnes que Choi Han avait apportées avec lui habitaient tous à la villa dans la zone arrière de l’auberge.

L’employé essayait de le suivre, mais Cale l’arrêta et marcha jusqu’à la porte de la villa, avant de faire signe à Lock.

« Tu peux ouvrir la porte, puisqu’ils sont tes frères-et-sœurs.
– Hein ? Oui ! »

Lock déposa les chatons et saisit la poignée. C’était la première fois qu’il voyait ses jeunes frères-et-sœurs depuis sa transformation berserk. Cale recula lentement, car il avait le mauvais pressentiment qu’il ne devrait probablement pas voir ce qui était au-delà de cette porte.

*Clic.*

Lock tourna la poignée et ouvrit la porte. Ils pouvaient voir l’intérieur de la villa, au moment où la porte s’ouvrit. C’était un espace qui semblait être confortable.

« Haa. »

Néanmoins, Cale fit deux autres pas en arrière immédiatement. C’était un mouvement instinctif.

« Hyung !
– Hyung !
– Oppa !
– Lock oppa ! »

Dix enfants se ruèrent vers Lock, et Lock courut vers eux aussi. Une réunion émotionnelle se passait devant les yeux de Cale, mais Cale était submergé par la vue des dix enfants loups en face de lui.

Au même moment, il y avait quelqu’un que Cale était ravi de voir.

« … Jeune Sire.
– Cela faisait longtemps, Billos. »

Cale avait dit à Billos d’aller à cette villa. Cale pouvait voir sous le sourire de Billos qu’il était nerveux et regarda la personne les approchant dans le dos de Billos.

« Ravi de vous rencontrer, jeune Sire Cale.
– Êtes-vous le marchant qui est venu avec Choi Han ? »

Un homme dans la soixantaine, avec une expression douce et un bon physique. Cette personne était celui qui avait demandé à Choi Han de l’aide avec le problème de la Tribu des Loups Bleus.

« Oui. J’ai entendu beaucoup de choses à propos de vous, de la part de M. Choi Han. C’est un honneur de vous rencontrer, jeune Sire.
– Un honneur ? Ce n’est pas grand-chose de rencontrer le visage d’une pourriture comme moi. »

Cale tendit sa main vers l’homme et l’homme serra la main de Cale en se présentant.

« Mon nom est Odéus Flynn. »

Cale commença à sourire.

Odéus Flynn. Il était quelqu’un qui était un fort candidat potentiel à la position de chef dans la Guilde Marchande de Flynn, mais l’abandonna pour commencer sa propre petite guilde.

Il était l’oncle de Billos.

Il était la personne qui avait connecté Billos et Choi Han, l’un à l’autre, de même que la personne qui avait dévoilé la cupidité cachée de Billos.

‘Il est encore plus sournois que Ron.’

Il agissait comme s’il possédait une petite guilde marchande, mais, en réalité, ce n’était qu’un masque pour régner sur la plèbe. Il était agréable avec certains, mais cruel et vicieux envers d’autres. C’était le genre de personne qu’était Odéus Flynn.

À l’instant même, la seule personne à connaître les deux côtés de la personnalité d’Odéus était Cale.

Cale prétendit ne rien savoir en saluant Odéus.

« Flynn ? Vous devez être de la famille de Billos. Ravi de vous rencontrer.
– J’ai aussi été choqué. J’ignorais que Billos était la personne que le jeune Sire Cale connaissait. Je n’avais pas vu Billos depuis qu’il était un petit garçon, donc je suis vraiment heureux de le revoir. J’ai l’impression que j’ai eu beaucoup de bonnes rencontres ces derniers temps. »

Billos ne pouvait cacher ses sentiments mitigés en voyant Odéus. Odéus était quelqu’un qui avait abandonné la Guilde Marchande de Flynn et était parti vivre une vie plus simple. De plus, Odéus était l’oncle de Billos et la seule personne avec qui Billos avait de bons souvenirs d’enfance.

‘Enfin… il est une bonne personne pour Billos.’

Cale relâcha la main d’Odéus et se mit à parler à Billos.

« Allons au premier étage et buvons. »

La villa avait deux étages, avec un petit bar au premier. Bien entendu, Cale s’adressa aussi à Odéus.

« Choi Han et Rosalyn vont bientôt arriver, alors vous pourriez tous les trois rattraper le temps perdu.
– Je comprends. J’espère avoir aussi une opportunité de boire avec vous dans le futur, jeune Sire Cale. »

Cale sourit et répondit en retour.

« Partageons un verre ensemble une prochaine fois. »

Cale tapota l’épaule de Billos tandis que Billos se tenait là avec une expression mitigée et essaya de se diriger vers l’étage supérieur. Toutefois, il y avait dix enfants bloquant son chemin.

« Merci beaucoup, jeune Sire Cale.
– Merci beaucoup. »

Cale regarda en direction des dix enfants le remerciant et commença à réfléchir.

‘Quelle emmerde !’

Il y avait dix enfants qui émettaient tous une aura qui faisait croire à Cale qu’ils allaient être forts dans le futur. Même s’ils ont vu leurs parents, leurs cousins et les autres membres de la famille se faire tuer juste sous leurs yeux, leurs pupilles déterminées et stables laissaient Cale comprendre qu’ils avaient toujours leur innocence et un sentiment de gratitude.
Il n’y en avait d’ailleurs aucun qui étaient très jeunes. Tous semblaient avoir entre 10 et 13 ans.

‘Je suppose qu’ils peuvent avoir un instructeur d’entraînement à la place d’une nounou.’

Néanmoins, Cale décida qu’il ne serait pas la personne leur fournissant un instructeur d’entraînement et salua Lock de la main avant de partir. Il se retourna ensuite et se dirigea vers l’étage supérieur. Même s’il n’avait pas répondu et les avait ignorés, Cale pouvait encore entendre les enfants loups le remercier derrière lui. Cale ressentit les frissons une nouvelle fois.

Billos s’approcha du second étage et posa immédiatement une question à Cale.

« Jeune Sire Cale, qu’étiez-vous donc en train de faire ? »

Cale répondit à cette question sans aucune hésitation.

« Faire ce que je peux pour un futur paisible ? »

Billos eut une expression incrédule sur son visage, tandis qu’il sortit un peu d’alcool et des verres de son cabinet. Il s’assit ensuite en face de Cale et remplit son propre verre.

« … Est-ce que tu ne me vois pas en face de toi ?
– … Je suis désolé, jeune Sire. J’ai beaucoup de choses en tête. »

Billos but environ la moitié de la bouteille avant de regarder en direction de Cale. Non, il observait Cale. Cette personne, qui avait dit qu’il ne pourrait plus vivre davantage en tant que rebut. Toutefois, Billos n’avait jamais prévu même dans ses rêves les plus fous qu’il rencontrerait son oncle en venant rencontrer Cale.

Cale arrêta Billos lorsqu’il essaya de se verser un autre verre et prit la bouteille de Billos avant de remplir le verre de Billos.

« Je ne sais pas ce qui te tracasse, mais tu ne peux pas juste boire tout seul comme ça.
– … Jeune Sire Cale. »

Cale remplit le verre de Billos avant de répondre.

« Quoi ?
– Odéus-nim est mon oncle de sang. »

Odéus-nim. Pour Billos qui n’était pas autorisé à utiliser le nom de famille de Flynn, il ne pouvait même pas appeler son oncle, son oncle. Néanmoins, Odéus était le seul adulte qui était chaleureux avec Billos durant son enfance.

Dans le roman, c’était ce qu’Odéus avait dit à Billos.

“Je te considère comme mon neveu et ma famille. Tu as les qualifications pour ça. ”

Cette phrase devint le point de départ et le tournant de Billos. Après avoir été introduit à Choi Han dans le roman à travers Odéus, Billos était en admiration de la puissance de Choi Han et décida de suivre Choi Han. Il décida aussi de se mettre en lice pour la position du chef de la Guilde Marchande de Flynn.

« Jeune Sire Cale, n’êtes-vous pas curieux de la raison pour laquelle Odéus-nim gère une petite guilde marchande, alors qu’il a déjà le nom de famille de Flynn ? »

‘Pas curieux ? Je suis déjà au courant.’

Odéus était quelqu’un qui était au contrôle total de la plèbe du Nord-ouest et Centrale. Cale remplit son verre et répondit simplement.

« Suis-je supposé être curieux du nom de famille de Flynn ? »

Il but ensuite l’alcool de son verre et vit que Billos souriait.

« Je vois. Je suppose que le nom de Flynn n’est pas un si grand nom.
– Effectivement. Que ce soit toi ou Odéus, c’est la même. Tu es un Flynn aussi.
– … Je suis juste un fils bâtard. »
(C’est probablement similaire à GoT, où les bâtards ne peuvent pas prendre le nom de famille et sont donnés des noms comme Snow.
TL note : Cette note a été écrite par le traducteur originel. Nous l’avons juste traduite.)

Cale ricana et répondit à Billos.

« Le fait que tu es un bâtard ne veux pas dire que tu n’es pas un Flynn. Tout le reste du monde te considère comme un Flynn. »

Même si la famille n’avait peut-être pas donné à Billos le nom de famille de Flynn, tout le reste du monde considérait Billos comme étant un Flynn. C’était pourquoi, personne n’ignorait Billos, même s’il était un bâtard. Le nom de Flynn, en tant qu’une des trois plus grandes guildes marchandes du monde, était un nom assez renommé. C’était la vérité.

Billos observa Cale, avant de reprendre la bouteille de Cale et de remplir le verre de Cale.

« Jeune Sire.
– Quoi ?
– J’ai l’impression que vous êtes très doué pour dire les bonnes choses.
– Je suis un peu doué pour ça.
– C’est pour ça.
– Oui ?
– Qu’avez-vous donc dérobé avec les choses que vous m’avez empruntées ? »

Billos put voir le sourire sur le visage de Cale quand il le dit. Cale ramassa le verre plein et répondit nonchalamment.

« J’en ai déjà volé un et je vais voler le reste bientôt. »

Il avait déjà sauvé le dragon, et les autres se feront le lendemain.

Le coin des lèvres de Billos commença à trembler. Il n’y avait probablement aucun noble qui diraient qu’ils vont voler quelque chose, mais une telle personne était à l’instant sous ses yeux.

« Puis-je aider également ? »

Cale secoua sa tête à la question de Billos.

« Malheureusement. »

*Clac.*

Cale posa son verre sur la table et continua.

« Toutes les places sont déjà prises. »

La liste d’humains et d’hommes-bêtes à utiliser était déjà prête dans la tête de Cale.

« Ha, haha. »

Billos ria un peu, avant de soulever son verre plein, d’en boire le contenu d’une seule traite et de reposer le verre sur la table.

« Je suppose que je devrais voler quelque chose d’autre alors. »

Billos avait déjà décidé de ce qu’il allait voler. La position du successeur de la Guilde Marchande de Flynn. Il allait en faire de cette position la sienne. Ce ne serait que logique, puisque son avarice était plus grande et plus profond que quiconque. Cale commença à parler pendant que Billos réfléchissait.

« Fais ce que tu veux. »

Billos ria une nouvelle fois en entendant la déclaration de Cale.

Cale ne se souciait pas de savoir si Billos riait ou non. Le fait que Billos avait rencontré Odéus ce jour-là signifiait que le but d’aujourd’hui avait été accompli, laissant Cale boire en paix.

Bien entendu, Cale n’en profita qu’un peu et retourna à la résidence par lui-même pour se préparer au lendemain. Il devait commencer à bouger au milieu de la nuit, lui donnant envie de se coucher tôt dans la soirée. Malheureusement, il ne put le faire.

« Ron ? »

Ron s’inclina vers Cale et le salua.

« Jeune Maître, ce Ron voudrait faire une requête si possible.
– Une requête ? »

Ron leva sa tête et se mit à parler.

« Veuillez prendre soin de mon fils.
– Fils ? Tu veux dire Beacrox ?
– Oui.
– Pourquoi ? »

Cale put voir le sourire bénin disparaître sur le visage de Ron. C’était la première fois que Cale vit Ron porter une expression aussi rude sur son visage. Ron commença à parler avec l’expression d’assassin sur son visage.

« Je dois aller chasser des renards. »

Même s’il était vieux, Ron était encore un assassin. Ron corrigea son expression une nouvelle fois et commença à parler. Son expression était stoïque, avec seulement le coin de ses lèvres légèrement relevées.

« Notre jeune Maître sait que je suis quelqu’un qui tue des gens, n’est-ce pas ? »

Cale pouvait sentir les effets de l’alcool disparaître immédiatement. Il en obtint à nouveau des frissons.

 

<< Previous Chapter | Index | Next Chapter >>

Bookmark(0)

No account yet? Register

About TCF_TL_FR

Beware of the infamous cats from the Hénituse Household! A, Catto n°1: Cussing Cat, the most cat of us all. E, Catto n°2: Innocent Cat, the most flowery and sociable cat. L, Catto n°3: Bookworm Cat, the cat quietly judging people behind her books.

Leave a Reply

Your email address will not be published.