La Pourriture de la Famille du Comte – Chapitre 9 – Je l’ai ramassé (2)

Cale portait un sac qui faisait deux fois la taille du sac de la veille en retournant au sommet des bas-quartiers. La fratrie l’attendait là-bas, pour le saluer une nouvelle fois.

Les enfants gardèrent le silence en regardant vers Cale. Tout en souriant, Cale sortit deux petits sacs et les poussa en direction des enfants.

« Prenez ça. »

La jeune fille s’approcha lentement de lui. Cale fronça les sourcils en regardant la fille avec des cheveux gris ébouriffés s’approcher de lui. Elle avait une main sur le flanc et boitait pour venir à lui.

« Hey. »

Cale poussa les deux sacs vers le jeune garçon.

« Toi, viens ici et prends-les. »

Le jeune garçon se dépêcha et arracha les sacs avant de faire un rapide demi-tour. Comparé aux cheveux d’un rouge écarlate de Cale, le garçon avait des cheveux en bataille d’un rouge foncé qui s’ébouriffait lorsqu’il courait.

Cale se retourna et se dirigea vers l’arbre mangeur d’hommes.

« Waouh.
– Ce n’est pas du pain. C’est de la viande et du gâteau. »

Il pouvait entendre la fratrie parler de la nourriture, mais il ne s’en souciait guère. Il continua à marcher vers le territoire de l’arbre mangeur d’hommes.

*Oooooooooooooong-*

« … C’est un peu effrayant. »

L’arbre noir sans aucunes feuilles semblait bouger ses branches pour accueillir Cale. Cette atmosphère angoissante rendait Cale nerveux, mais il versa le contenu du sac dans le trou au pied de l’arbre.

Le pain disparût rapidement.

C’était à ce moment.

- … Plus, donne-m’en plus.

‘Ça me rend dingue.’

La réaction qu’il avait lu dans le roman s’est montrée. C’était la voix d’une fille frêle. Oui, la personne qui était morte de faim était une prêtresse qui servait un dieu. Cependant, contrairement aux prêtresses des temples ou des églises actuelles, les anciennes prêtresses étaient des shamans. La majorité des anciens shamans pouvait être considérée comme ayant des superpouvoirs ou des forces naturelles sous leur contrôle.

Cale attrapa rapidement le sac et commença à bouger.

« Cale, viens ce soir dans mon bureau. »

C’était ce que son père, Deruth, avait dit à Cale lorsqu’il était parti chercher de l’argent de poche. C’était pourquoi il devait partir d’ici au plus tard avant la tombée de la nuit.

‘Moitié.’

Il était venu ici avec l’intention de s’occuper de la moitié de la rancœur de l’arbre aujourd’hui. Il redescendit la colline pour aller chercher plus de pain. Il pouvait voir la fratrie le regarder avec des miettes de gâteau sur leurs lèvres.

« Tsk. »

Cale fronça les sourcils et claqua la langue alors qu’il dépassait la fratrie.

Cale marcha ensuite dans la rue où il y avait beaucoup de boulangeries. Il avait déjà vidé les provisions de la boulangerie de la veille ce matin, il va donc leur falloir beaucoup de temps avant qu’ils ne puissent restocker. C’est la raison pour laquelle il avait besoin de trouver une autre boulangerie. C’était à ce moment.

« J-Jeune Sire. »

En entendant la voix d’une femme, Cale tourna la tête. Une femme d’un certain âge sourit maladroitement et pointa vers sa boutique. Sa main tremblait et elle était totalement terrifiée, mais elle était quand même confiante.

« Nous avons beaucoup de pain. »

Cale se mit à sourire. C’était le genre de femme qui savait faire du commerce. Les autres vendeurs jetaient des coups d’œil vers eux en se demandant ce qu’il se passait.

Cale lui lança une pièce en or et la femme la ramassa rapidement.

« Donne-moi tout ce que tu as. Emballe-le rapidement. »

À ce moment, le sourire de cette femme d’un certain âge, s’élargit. Elle se dirigea de suite dans la boutique et revînt immédiatement avec un grand sac remplit de pains. Elle avait déjà tout emballé à l’avance.

« Tenez, jeune Sire. »

‘Waouh. Elle est vraiment une bonne marchande.’

C’était quelqu’un qui savait comment gagner de l’argent.

« Je peux aussi en préparer plus. »

Cale apprécia davantage cette femme. Mais, à cet instant…

« Jeune Sire ! Nous pouvons faire bien plus de pains que ça ! »

Un vieil homme en face de la rue leva la main alors qu’il s’approchait en courant. Il portait un uniforme de boulanger. Cale aimait son uniforme qui convenait et lui lança aussi une pièce en or.

« Je me dirigerai la prochaine fois vers ta boutique. Prépare un sac. 
– Merci beaucoup ! »

Cale était impressionné par ces vendeurs. Ils étaient toujours effrayés par lui à cause de son identité en tant que pourriture de la famille du comte, mais ils n’avaient aucun problème à venir vers lui pour se faire de l’argent facile. C’était probablement parce qu’ils savaient que Cale ne frappait personne qui n’était pas un voyou. Grâce à cela, il pouvait voir la raison pour laquelle le territoire de Hénituse se débrouillait si bien.

Le fait que Cale avait dépensé une pièce en or pour acheter un sac de pains la veille, était déjà connu de tous. 1 million de gallons. Les autres s’exclamèrent à l’équivalent d’une semaine de profits pendant que leurs yeux commencèrent à briller.

‘Je peux aller visiter ces trois endroits demain pour prendre du pain.’

Puisqu’il avait donné à chacun d’entre eux une pièce en or, il devrait être capable de prendre un autre sac de leur part le lendemain. Cale était content que les choses se déroulaient aussi proprement.

Cependant, il y avait quelqu’un qui l’observait de loin.

« Hmm. »

C’était Beacrox, le chef. Juste comme son père, il avait un bandage autour du cou, et il observait Cale caché derrière un mur. Il avait juste vu Cale acheter le sac de pain et de l’herbe médicinale avant de se diriger vers les bas-quartiers.

« … Est-ce qu’il est devenu fou ? »

Cale semblait être devenu fou depuis la veille.

Beacrox ne s’était jamais soucié de Cale, même quand son père lui avait dit que Cale était un enfant intéressant, mais, plus il le voyait, plus il commençait à être d’accord. Il avait l’impression que ce serait tout aussi amusant d’observer Cale que d’observer le voyou aux cheveux noirs. Les yeux de Beacrox commencèrent à pétiller.

Billos, le propriétaire du magasin de thé, avec la meilleure vue, prit une gorgée de son thé alors qu’il reçut le rapport de son subordonné.

« Le jeune Sire Cale visite constamment les bas-quartiers ?
– Oui, Billos-nim.
– Je vois.
– Nous avons aussi reçu un message provenant de la capitale.
– Vraiment ? »

Les yeux ronds de Billos, qui étaient durs à voir à cause de sa graisse, s’écarquillèrent. Le subordonné sursauta un moment puis continua son rapport.

« Oui. Il est mentionné que la famille royale va bientôt rassembler du monde. C’est pourquoi ils souhaitent que Billos-nim retourne et reprenne les affaires. »

*Clac.*

Billos mis sa tasse de thé sur la table et fit un signe du menton.

« Tu peux t’en aller maintenant. »

Le subordonné disparût rapidement dans les ténèbres. Billos regarda l’endroit où son subordonné se tenait alors que le coin de ses lèvres tourna vers le haut.

« Est-ce qu’ils pensent que je vais être leur chien et jouer à garder la maison encore une fois ? »

Son regard se dirigea vers la fenêtre. On aurait dit que son regard pouvait atteindre la lointaine capitale.

***

« C’est… C’est pas du pain. Pas du pain.
– Et ? »

En voyant la jeune fille qui marmonnait, ‘pas du pain’, encore et encore alors qu’elle tenait les herbes médicinales dans sa main, Cale ricana et se dirigea vers l’arbre mangeur d’hommes. Cependant, le jeune garçon se mit en travers de son chemin.

« Tu ne dois pas mourir. »

C’était le jeune garçon qui disait à présent qu’il ne devait pas mourir. Cale ne fronça même pas les sourcils. Il dépassa simplement le jeune garçon.

Cale, non, Kim Rok Soo.

Il était un orphelin et n’avait rien à son nom. C’était pour cela qu’il y avait beaucoup de personnes qui montraient au pauvre Kim Rok Soo beaucoup de sympathie.

‘Y a-t-il une raison de montrer de la sympathie à ceux qui sont dans le besoin ?’

C’était quelque chose qu’il avait entendu en permanence en étant jeune.

‘Jeune mendiant.’

‘Pauvre orphelin’

‘On n’as pas besoin de raison pour montrer de la sympathie.’

Il y avait un temps où il l’acceptait sans se poser de question, mais il a commencé à comprendre sa véritable signification en grandissant.

Il n’y avait pas de raison logique pour les choses que ton cœur te dit de faire. Il n’y avait pas besoin de raison.

« Tellement ennuyant. »

Cale détestait voir des jeunes enfants être blessés. Néanmoins, il n’avait aucune volonté de soigner cette jeune fille ou de la consoler. Il fronça les sourcils vers la jeune fille qui boitait vers lui et le jeune garçon à ses côtés en leur répondant.

« Je ne mourrai pas. »

Une fois qu’il avait dit ça, la fratrie s’arrêta finalement de le suivre. Cale était mécontent à la pensée d’avoir fait quelque chose qu’il détestait le plus. Il détestait les gens qui se mêlaient des affaires des autres sans demander, mais il avait fait justement ça en donnant des herbes médicinales à la jeune fille.

*Oooooooooong.*

– Plus, donne-m’en plus.

« Oui. Mange tout. »

Cale versa la totalité du contenu du sac dans le trou de l’arbre mangeur d’hommes sans se soucier de comment ça atterrissait. Il n’était pas effrayé. Le pain disparut instantanément dans les ténèbres qui étaient à présent trop claires pour être appelées ténèbres. Cale pouvait à présent voir une nouvelle lumière grise. Cependant, elle n’apparaissait grise que pour lui.

‘Je suppose que ça valait le coup de dépenser tout cet argent.’

Cale versa un autre sac de pains dans le trou avant de rentrer chez lui. Il ne voyait plus la fratrie, mais c’était mieux pour Cale.

Toutefois, il vit les deux chats en difficulté sur son chemin du retour et sursauta.

‘Ce sont les chats de la veille. Ils ne devraient pas se souvenir de moi, pas vrai ?’

Pelage gris et yeux jaunes, pelage rouge foncé et yeux jaunes. Les deux chats n’avaient même pas miaulé alors qu’ils fixaient Cale. Cale ne voulait pas provoquer un scandale et détourna juste son regard alors qu’il continua à rentrer chez lui.

***

Il entendit alors quelque chose de son père qui l’avait presque fait s’évanouir.

« … Pouvez-vous répéter ça une nouvelle fois ?
– Oui, Cale. »

Basen se tenait aussi à côté de Cale. L’histoire de la famille Hénituse qui n’était pas mentionnée dans le roman se passait à présent sous les yeux de Cale.

« Tu iras à la capitale en tant que représentant de notre famille. »

Cale pouvait sentir une migraine arriver.

« Originalement, Basen devait y aller. Cependant, tu es le premier fils de notre famille. »

Cale ouvrit et ferma sa bouche successivement alors qu’il regardait le Comte Deruth assit là avec un gentil sourire. Aller visiter la famille royale à une période pareille. Cale se remémorait rapidement le contenu de [La Naissance d’un Héros] tandis que Deruth continuait à parler.

« La famille royale va tenir un grand évènement, et les familles nobles de chaque territoire seront invitées à se rassembler. Ce sera ta première fois à visiter la famille royale, mais Basen était allé à des évènements semblables durant les deux dernières années. Toutefois, j’espérais que tu y ailles cette fois. »

Grand évènement tenu par la couronne. Cela permit à Cale de se souvenir d’un incident isolé.

L’Incident de la Terreur sur la Place.

Une organisation secrète commet un acte terroriste quand de nombreux citoyens de la capitale se sont réunis au même endroit. Choi Han, notre héros, est celui qui parvînt à bloquer la moitié de leur plan. Ce serait la quatrième fois que Choi Han et l’organisation secrète se rencontreraient l’un l’autre.

Par conséquent, Choi Han est capable de sauver beaucoup de citoyens présents sur la Place et devient connecté avec le prince héritier. Ils développèrent rapidement une amitié l’un envers l’autre.

Cale eut soudainement des frissons.

Puisque le roman décrivait l’évènement du point de vue de Choi Han, il ne parlait pas beaucoup de cette rencontre entre nobles. Tout ce qui était mentionné était que Choi Han obtient des compagnons avant et après l’incident, de même que le grand support du prince héritier.

Mais, il devait aller sur la scène de l’attaque terroriste ?

Bien sûr, il ne savait pas si les nobles se regrouperaient aussi sur la Place. Cale se remémora les informations dans [La Naissance d’un Héros].

Des tonnes de personnes étaient regroupées sur la Place. La plateforme était encore vide. C’était pour la famille royale qui allait bientôt arriver. Choi Han pouvait voir quelques autres personnes qui semblaient avoir des positions élevées. Cependant, le plus important pour Choi Han, était le fait que beaucoup de citoyens, jeunes, âgés, hommes, femmes, étaient regroupés ici. Le cœur de Choi Han commença à battre plus rapidement.

Il ne voulait plus jamais voir un groupe de personnes innocentes mourir.

Est-ce que les personnes qui semblaient avoir des positions importantes, incluaient les nobles ? Cale se tourna pour regarder Basen même lorsque son père continuait de parler. Basen se tenait stoïquement ici, regardant son père sans lancer le moindre regard à Cale.

‘Deruth a dit que Basen allait généralement à des évènements comme celui-ci. Devrais-je lui demander d’y aller ?’

La bouche de Cale continuait de s’ouvrir et fermer. Il ne voulait pas se rendre à un endroit dangereux. Néanmoins, il ne pouvait se convaincre à prononcer le prénom de Basen.

Une relation qui n’était ni bonne, ni mauvaise. C’était la relation entre le Cale original et Basen. Basen trouvait Cale difficile, mais c’était tout.

L’esprit de Cale commença à s’embrouiller. Est-ce que Cale y serait allé dans l’histoire ? Il n’y avait pas moyen que Deruth enverrait la pourriture à la capitale. Juste pour quelle raison alors essayait-il de l’y envoyer ? Cale se demandait s’il avait fait quelque chose qui aurait causé cette décision.

« Tu partiras dans cinq jours. »

Cinq jours plus tard. En entendant Deruth dire ça, Cale savait que le Cale du roman n’était jamais parti à la capitale.

Dans le roman, il avait été brutalement corrigé par Choi Han quatre jours plus tard et transporté dans la demeure du Comte. Il aurait été impossible pour lui d’aller à la capitale dans de telles conditions.

« Cale. Avant que Basen avait commencé à le faire, tu avais participé à toutes ces cérémonies. Repense à tous ces moments et profites d’un voyage relaxant.
– Père. »

Deruth regarda Cale à son appel. Basen se retourna lentement pour regarder aussi son frère ainé.

« Je suis un peu anxieux à cause de ce développement soudain. Je ne suis allé à aucun de tout ça depuis deux ans. Je ne comprends pas pourquoi je devrais soudainement y aller. S’il-vous-plaît, laissez-moi y réfléchir. »

Deruth acquiesça et dit à ses deux fils qu’ils pouvaient partir. Les deux frères quittèrent rapidement le bureau. Cale était occupé à réfléchir à toutes sortes de choses. Si Cale faisait un caprice et provoquait une scène, Deruth allait probablement envoyer Basen, mais ça laisserait un goût amer dans sa bouche.

C’était à ce moment.

« Hyung-nim. » (TL note : Hyung est le mot coréen utilisé par les garçons pour désigner un frère aîné)

Cale pouvait entendre la voix de Basen, son petit frère. Cale tourna sa tête. Il pouvait voir Basen continuer à marcher stoïquement sans le regarder. Le Basen de 15 ans parlait toujours comme ça, sans jamais regarder les personnes dans les yeux.

« Hyung-nim, il n’y a aucune raison pour laquelle tu ne puisses pas y aller. 
– Haaa… »

Cale soupira.

Basen ne regardait même pas Cale alors qu’il quitta le bureau et se rendit vers sa chambre. Cale regardait Basen pendant un long moment.

« … Ce n’était pas supposé se dérouler de cette façon. »

Cale avait été poussé hors de la place d’héritier. Cale ne pouvait pas s’arrêter d’agir comme une pourriture lorsque son petit frère avait agi clairement comme l’héritier de la famille depuis deux ans. Il était le pitre de la famille.

En conséquence, il y avait beaucoup de raisons expliquant pourquoi il ne devait pas aller à l’invitation de la Couronne en tant qu’héritier. Toutefois, Basen était en train de dire qu’il n’y avait aucune raison pour ne pas aller à cet évènement.

Basen disait qu’il y avait suffisamment de raisons pour Cale d’y aller en tant que représentant de la famille.

‘À ce rythme, les affaires vont se compliquer.’

Cale commença à froncer les sourcils. Il n’aimait pas comment les évènements se présentaient.

Mais l’autre problème était…

‘Ça en vaut le coup.’

Il pensait que ça en valait le coup d’endurer l’incident qui allait se dérouler.

La raison était que les chances pour Cale de revenir sans mourir ou blessé étaient assez élevées.

‘Ҫa me mettra aussi en difficulté si Basen meurt sans être capable de prendre la position de Comte.’

Pour que Cale puisse vivre une vie sereine, Basen avait besoin de survivre. Il y avait aussi leur cadette, Lily, mais elle était trop jeune. De plus, Cale avait besoin d’aller hors de la ville de Rain, après avoir pris le pouvoir ancien situé vers l’arbre mangeur d’hommes, pour pouvoir récupérer quelques autres pouvoirs anciens situés à l’extérieur du territoire Hénituse.

La balance à l’intérieur de l’esprit de Cale commença à se pencher.

Il commençait à fixer le majordome adjoint Hans qui se dirigeait vers lui. L’expression de Hans était intense, mais pas sombre. Il semblait un peu amer, mais ses yeux étaient clairs.

« Jeune maître, la requête que votre invité a demandée-
– Hans. »

Cale le coupa en disant quelque chose d’autre.

« Apporte l’invité ici.
– Pardon ? »

Cale n’allait pas se faire malmener. S’il allait devoir bouger, il pourrait tout aussi bien le faire de la manière la plus confortable pour lui et de la manière la plus bénéfique pour lui.

« Ah, s’il ne veut pas venir, dis-lui juste ceci. »

En se basant sur l’expression de Hans, Cale était certain que le problème de Choi Han avait été réglé correctement. Dans le roman, le Comte Deruth avait donné de décentes funérailles aux villageois et s’était occupé de tout, même après que Choi Han ait brutalement corrigé Cale. Ҫa ne devrait pas avoir changé du tout.

« Paiement.
– Pardon ?
– Dis-lui de venir parce que le moyen pour lui de me rembourser est arrivé. »

<< Previous Chapter | Index | Next Chapter >>

Bookmark(0)

No account yet? Register

About Team Cats in Bérets

Beware of the infamous cats from the Hénituse Household! A, Catto n°1 : Cussing Cat, the most cat of us all. E, Catto n°2 : Innocent Cat, the most flowery and sociable cat. L, Catto n°3 : Bookworm Cat, the cat quietly judging people behind her books.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *