La Pourriture de la Famille du Comte – Chapitre 8 – Je l’ai ramassé (1)

Tard dans la nuit.

Le majordome adjoint Hans devait se présenter devant le Comte Deruth. Il commença à faire son rapport tandis que Deruth écoutait silencieusement jusqu’à ce qu’il eût fini.

« Il est actuellement en train de dormir dans sa chambre. »

 Hans termina enfin son rapport et Deruth prit la parole.

« Le chauffeur m’a rapporté qu’il est allé dans le salon de thé du bâtard de la guilde marchande Flynn. Aujourd’hui, il a ramené un jeune homme dont on ne peut vérifier l’identité. En ce qui concerne l’alcool, il n’a bu qu’une seule bouteille et a gardé les idées claires. »

Le rapport de Hans était court, mais Deruth le trouva très intéressant.

« Doit-on le faire suivre ? »

Il secoua sa main pour s’opposer à la question de Hans. Il ne voulait pas savoir ce que son fils faisait en dehors de la résidence au point de vouloir le faire suivre.

« Ce ne sera pas nécessaire. Tant qu’il est dans le Comté, tout ce qu’il fait relève de ma juridiction. »

Deruth estimait Hans le plus parmi tous les jeunes majordomes adjoints. C’était parce qu’il remplissait ses devoirs correctement et était une bonne personne.

« Continue à faire ton observation sur Cale à l’intérieur de la demeure et reporte ce que tu trouves.
– À vos ordres. »

Hans ne dit rien de plus et s’inclina.

Deruth. Il était quelqu’un sans capacités particulières ou réseaux solides. Néanmoins, tout comme le précédent Comte, il était capable de régner sur le Comté Hénituse et accroître sa fortune en vendant du marbre et du vin. Il était quelqu’un capable de protéger son domaine correctement.

‘Cale a changé.’

Cale donnait une impression différente de la normale. Ce n’était pas comme si il était soudainement devenu plus intelligent ou plus fort, mais son comportement était clairement différent d’avant.

« Ah, Hans.
– Oui, Comte-nim ?
– Apporte-moi les informations sur la guilde marchande Flynn. »

Le propriétaire du salon de thé, Billos. Deruth connaissait la situation de cet individu. Il était le bâtard du propriétaire de la guilde marchande Flynn. C’était parce que le partenaire le plus important de la maison Hénituse pour le commerce de vin était la guilde marchande Flynn.

« Je m’y mets de suite.
– Excellent. »

Deruth regarda Hans sortir de son bureau alors qu’il plongeait dans ses pensées. Il avait beaucoup de choses à considérer autre que le changement d’attitude de Cale.

L’atmosphère autour du continent devenait dangereuse. C’était comme un volcan juste avant son éruption. Deruth pouvait clairement sentir cette dangereuse atmosphère malgré le fait qu’il était dans un coin reclus du royaume. C’était dû au fait qu’il recevait un flux constant d’informations à ce propos. Mais le message qu’il reçut de la Cour Royal plus tôt le rendit encore plus certain à propos de l’atmosphère sur le continent.

Les précédents Comtes du territoire Hénituse passaient toujours une seule instruction au prochain héritier.

‘Il n’y a pas besoin d’être retenu dans l’histoire. Vis juste pour la paix et le bonheur.’

« Il semblerait que je doive renforcer les murs de la ville. »

Il n’était peut-être pas un bon combattant, mais Deruth pensait constamment à se protéger lui et sa famille.

***

Il y avait des moments où le corps était plus fort que l’esprit.

« Jeune maître, vous dormiez si paisiblement que je n’ai pas songé à vous réveiller. »

Cale avait fait la grasse matinée. Le fait que Ron avait encore apporté de la limonade au lieu d’un verre d’eau empirait les choses. Toutefois, Cale ne pouvait rien dire.

C’était parce qu’il y avait un bandage autour du cou de Ron.

« Tu t’es blessé ?
– Êtes-vous inquiet à mon sujet ?
– …Non, c’est juste déplaisant à regarder.
– Ce n’est rien de bien grave. J’ai juste été griffé par un chat. »

‘Est-ce qu’un “chat”, était une autre référence à une personne innocente ?’

Cale était sûr que quelqu’un avait eu une mauvaise rencontre la nuit dernière. Il évita le regard de Ron, qui souriait, et se dirigea vers la fenêtre de la chambre. Il devait se dépêcher puisqu’il s’était levé tard.

« Vous absenterez-vous de suite ?
– Oui. Je me débrouillerai par moi-même à l’extérieur.
– Je comprends. Oh, jeune maître. » 

Cale relâcha la poignée de porte et se retourna vers Ron. Ce dernier affichait un sourire tordu sur son visage.

« Qu’avez-vous pensé de la limonade ?
– Super. C’était délicieux. »

La voix de Ron descendit d’un octave.

« …Est-ce vrai ?
– Oui. »

‘Qu’est-ce que c’était que ce genre de question ?’

Puisque Ron n’était pas quelqu’un qu’il pouvait ignorer, Cale répondit juste à la question le plus agréablement possible en ouvrant la porte.

*Slam.* Il s’empressa de la refermer.

« …Ron. »

Ron s’approcha de Cale à son appel et chuchota en souriant.

« Jeune maître, avez-vous été surpris ? Votre invité d’hier vous attends à l’extérieur. »

Cale était surpris. Cale avait vu Choi Han le fixer dès qu’il avait ouvert la porte, le faisant refermer celle-ci sous le coup du choc. Sa main se dirigea vers la poche intérieure de sa chemise. Les 10 millions de gallons dans sa poche le calma.

Ron observa Cale en continuant son discours. 

« Je n’ai pas eu la chance de vous prévenir, vu que vous avez ouvert la porte si vite. Je lui ai dit d’attendre confortablement dans sa chambre, mais il insista en disant qu’il devait vous parler et attendait devant la porte. »

‘N’ai pas eu la chance, mon oeil.’

Cale ne pouvait rien dire à ce vieil homme effroyable qui avait définitivement eu le temps, mais choisit de ne pas lui dire. Cale s’éloigna d’un pas de Ron et rouvrit la porte.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » 

Cale fit mine qu’il n’avait jamais claqué la porte et se mit à discuter avec Choi Han. Il paya attention à l’apparence de Choi Han en l’interrogeant.

Après une douche, des cheveux lavés, et de nouveaux habits, un sentiment pur et clair émanait de Choi Han. Néanmoins, il était difficile de penser cela après avoir vu ses yeux.

Choi Han était toujours dans un état de choc. C’était pourquoi le regarder dans les yeux effrayait quelque peu Cale. Choi Han le fixait également, avant de prendre la parole.

« Rembourser.
– Huh?
– Je vous repaierai pour le repas. »

Choi Han parlait formellement, contrairement à hier soir. Plus important, Cale se renfrogna à la mention de “remboursement”.

‘Me rembourser ? Est-ce qu’il essaie de me faire avoir une crise cardiaque ?’

Quelle personne dotée d’un esprit sain utiliserait Choi Han comme un outil ? Cale voulait juste que Choi Han quitte la ville le plus vite possible.

Bien sûr, Choi Han accepterait d’aider Cale s’il disait que c’était pour le rembourser. C’était ce genre de personne. Cependant, Cale n’avait pas besoin de Choi Han.

« Il n’y a pas besoin. As-tu besoin d’autre chose ? »

Il rejeta rapidement l’offre de Choi Han et demanda s’il y avait autre chose dont il avait besoin. Choi Han commença à observer Cale d’encore plus près. Ce regard fit Cale repenser au fait que Cale s’était fait brutalement corrigé dans l’histoire originale, et lui donna des frissons. Choi Han parla à ce moment.

« Il y a quelque chose pour laquelle j’aimerai demander votre aide. »

Cale ferma les yeux au mot “aide”. Il ne voulait pas être impliqué avec Choi Han. L’ “aide” que Choi Han allait demander ne pouvait être autre qu’en rapport avec le village d’Harris.

Le Cale du livre avait traité les villageois d’Harris d’inutiles et avait fini corrigé brutalement à cause de cela. Cale y pensa en rouvrant la bouche.

« Passe ta requête à Hans. Il s’occupera de tous les détails. »

Après avoir rouvert les yeux, Cale croisa le regard de Choi Han, qui se tenait debout comme une statue.

« C’est un majordome adjoint compétent. Il sera en mesure de t’aider avec n’importe quelle requête normale. » 

Cale posa sa main sur l’épaule de Ron. Il put sentir Ron sursauter, mais Cale décida de se débarrasser des deux d’un seul coup. 

« Ron est également très compétent. Il sera en mesure de t’aider. Ron, c’est mon invité. Assure-toi de t’occuper convenablement de ce dont il a besoin. »

Cale donna un ordre à Ron avant de retirer sa main de son épaule. Il entendit alors Choi Han s’adresser à lui.

« Mais vous ne savez même pas qui je suis. »

Cale se tourna pour le regarder. Il pouvait voir que Choi Han l’observait toujours. Le sentiment effrayant qu’il dégageait avait disparu, et Cale pouvait juste sentir une sorte de pureté inexplicable émanant de Choi Han.

« Pourquoi ai-je besoin de savoir qui tu es ? Dois-je avoir une raison pour aider quelqu’un qui a moins que moi ? » 

Choi Han fronça les sourcils aux paroles des Cale. C’était discret, mais Cale qui l’observait attentivement, l’avait définitivement remarqué.

‘Est-ce qu’il est ennuyé parce que j’ai dit qu’il possédait moins que moi ?’

Cale enchaîna rapidement.

« Basé sur ta situation, je doute que tu demandes quelque chose de difficile. Dans tous les cas, même si ça l’était, je suis sûr que Hans saura faire la part des choses. » 

Il poussa Ron en direction de Choi Han et s’éloigna des deux individus.

« Sur ce, au revoir. J’ai d’autres choses à faire. » 

Cale se dirigea prestement vers le bureau de son père. Il avait besoin d’une large somme d’argent aujourd’hui. Il pouvait entendre la voix de Ron derrière lui.

« Jeune maître, je ferai selon vos ordres. » 

‘Je m’en fiche, que tu le fasses ou non.’

Courir dans tous les sens était leur rôle en tant que personnages principaux, non celui de Cale. Ne devraient-ils pas se rapprocher plus rapidement puisqu’ils s’étaient rencontrés quatre jours plus tôt grâce à lui ?

Ron regarda Cale, qui s’éloignait d’eux, avant de regarder la tasse vide dans sa main. 

« Intéressant. » 

Ce petit chiot apeuré n’avait jamais aimé les choses amères. Il ne les aimait toujours pas. Cependant, il les buvait à présent.

Ron toucha son cou. Il avait été blessé pour la première fois depuis longtemps, mais quelque chose de plus intéressant que sa blessure continuait de le travailler.

Le chiot sans peur était maintenant effrayé par lui.

‘Est-ce qu’il a découvert quelque chose ?’

« Montre le chemin. »

Ron se tourna vers la source de la voix. Il pouvait apercevoir Choi Han le regarder avec dégoût. Ce pouilleux semblait avoir compris qu’il était un assassin après leur court échange de la nuit dernière.

« Bien sûr. » 

Ce débraillé, qui dégageait l’odeur familière du sang, prétendait être net. Ron trouvait cela amusant qu’un tel individu se comporte de la sorte.

Ce vaurien, qu’ils avaient rencontré la nuit dernière, dégageait l’aura meurtrière, violente et dégoûtante, de la Forêt des Ténèbres. C’était une aura que Ron et Beacrox pouvaient immédiatement différencier des autres.

Bien sûr, cette aura meurtrière n’était pas celle de Choi Han. Il l’avait eue des assassins qu’il avait tué, et maintenant qu’il avait pris un bain et s’était décrassé, l’aura meurtrière ne l’entourait plus.

‘Je suppose qu’il n’y a pas moyen que ces gens traversent.’

Ron repensa aux évènement d’hier soir en parlant au garçon qui avait l’air d’avoir vécu beaucoup de choses ces derniers jours.

« Suivez-moi. » 

Ron commença à marcher pour exécuter les ordres du chiot qui lui servait de maître, et Choi Han lui emboîta le pas. Son regard se posa momentanément dans la direction de Cale avant de suivre Ron.

<< Previous Chapter | Index | Next Chapter >>

Bookmark(0)

No account yet? Register

About Team Cats in Bérets

Beware of the infamous cats from the Hénituse Household! A, Catto n°1 : Cussing Cat, the most cat of us all. E, Catto n°2 : Innocent Cat, the most flowery and sociable cat. L, Catto n°3 : Bookworm Cat, the cat quietly judging people behind her books.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *