Pourriture de la Famille du Comte – Chapitre 56 – En train de réfléchir (4)

Cale sentit tous les regards se concentrer sur lui et se leva lentement.

Il encourageait Witira après l’avoir vue envoyer Tonka voler, mais il sortit rapidement son bouclier parce qu’il ne voulait pas que les chevaliers soient blessés.

À cause de cela, l’intérieur du bouclier était créé vers Cale en lieu des chevaliers. Heureusement, les chevaliers n’avaient pas été blessés, mais il avait fini par sauver Tonka sans le vouloir..

Cale semblait calme en se relevant, mais ses jambes étaient engourdies après avoir été accroupi si longtemps.

« Ah. »

Cale se renfrogna en se levant. Il trébucha à cause de sa jambe gauche engourdie.

« Jeune Sire Cale ! »

Amiru se précipita sur les lieux avec une expression choquée. Paseton, qui était aussi choqué, attrapa le bras de Cale. Toutefois, Cale repoussa Paseton et se tint droit. Amiru arborait une expression d’urgence en se précipitant vers Cale.

« Jeune Sire Cale ! Vous n’aviez pas à utiliser votre pouvoir ! Pourquoi l’avez-vous fait ? »

“Pourquoi ?” Ce n’était pas comme s’il l’avait voulu.

Mais ça compliquerait les choses si l’équipe d’investigation était blessée. Grâce à Cale, c’était juste un petit problème, mais si Tonka avait blessé les soldats du territoire, les choses se compliqueraient. Cale ne pouvait pas laisser cela arriver parce que Tonka devait retourner au Royaume de Whipper au bon moment.

‘Sinon, je perdrais au change.’

Amiru inspectait Cale avec dépit et inquiétude.

« Et pourquoi êtes-vous complètement trempé comme cela ? Vous allez bien ? Vous êtes en récupération en ce moment, que ferez-vous si vous attrapez froid ? Jeune Sire Cale ! Vous êtes vraiment ! »

Les mots d’Amiru firent tressaillir Paseton et Witira. C’était particulièrement le cas pour Witira, qui se mordilla les lèvres et inspecta à son tour Cale. Elle se rappela comment sa queue avait trempé Cale plus tôt, et se remémora l’expression sur son visage lorsqu’il avait regardé en étant accroupi plus tôt.

À cet instant, Cale s’adressa aux trois. Sa voix était lente et semblait très fatiguée.

« N’est-ce pas mieux ainsi puisque personne n’a été blessé ? »

Sa voix manquait de chaleur, comme s’il était frustré. Il était définitivement frustré. Ses vêtements trempés n’étaient pas confortables, et il voulait s’éloigner de ces fauteurs de trouble et avoir un peu de repos maintenant.

Paseton baissa sa tête pendant que Witira regardait les alentours. Elle pouvait voir la côte qu’elle avait détruite quelques instants plus tôt, et se mordilla de nouveau les lèvres. Amiru hésita un moment avant de reprendre la parole.

« … Jeune Sire Cale, il est très difficile de vous comprendre. Vraiment très difficile. »

Cale se tut après avoir vu qu’une situation similaire à celle de l’incident de la place était sur le point de se produire à nouveau. Tout était ennuyant.

Amiru se détourna de Cale et regarda les deux membres de la Tribu de la Baleine. Son regard envers eux était calme, mais coléreux.

« Et qui êtes-vous ? »

C’était une partie du Royaume de Roan, mais c’était le territoire de sa famille. Amiru n’avait aucune intention de laisser passer un tel incident qui avait eu lieu sur le territoire d’Ubarr.

« Et Bob. »

Amiru regarda sèchement Tonka, qui se tenait sur le côté sans aucune expression.

« Qui êtes-vous ? »

Aucun des trois ne répondit à la question d’Amiru. Tonka semblait inquiet à propos de quelque chose, tandis que Paseton réfléchissait à quoi dire. Quant à Witira, elle ne pouvait que baisser la tête après avoir vu ce qu’elle avait fait.

À ce moment, Amiru entendit un bruit.

« Atchoum ! »

Le nez de Cale le démangeait et le fit éternuer. Il repoussa les cheveux qui étaient tombés sur son visage avant de regarder devant lui. Il ne se préoccupait pas de quoi que ce soit en face de lui et ignora tous les regards qui étaient concentrés sur lui avant de s’exprimer normalement.

« Rentrons en premier. »

Personne ne pouvait lui dire non.

***

Cale expliqua toute la situation avant de sortir de la résidence d’Amiru et regarda les trois personnes derrière lui. Witira, Paseton, et Tonka. Il regarda ensuite Amiru, qui sortait derrière eux.

Elle regarda Cale avant de s’adresser fermement à Tonka.

« Vous devez être parti d’ici demain. Vous devriez être reconnaissant que la seule punition que vous ayez soit d’être banni de notre territoire. »

Amiru avait demandé à Tonka de partir d’ici le lendemain. C’était parce que c’était devenu plus qu’évident qu’il n’était pas qu’un simple pêcheur, et aussi parce qu’il était la raison de la bataille.

« Vous deux recevrez une punition similaire si vous causez plus de dégâts sur mon territoire. »

Le duo de Baleines se courbèrent vers Amiru avec des expressions calmes. Cale observa la fratrie qui cachaient qu’ils étaient liés au Roi Baleine, avant de tourner sa tête.

« Jeune Sire Cale, vous semblez être sur le point d’attraper froid, donc rentrez s’il vous plaît.
– J’y vais. »

Le regard d’Amiru envers Tonka se durcit.

« Vous retournez notre générosité avec de telles actions. »

Cale s’exprima doucement.

« C’est pourquoi vous le bannissez. »

Le bannissement de Tonka. C’était ce que Cale avait demandé à Amiru de faire.

« Jeune Sire Cale, vous êtes vraiment… »

Amiru avait entendu de Paseton comment Cale avait sauvé sa vie, ainsi du fait que Cale n’avait aucun tort, mais avait fini par se faire entraîner dans toute cette histoire.

« Mademoiselle Amiru, ce n’était rien. »

Cale avait une expression douce sur son visage.

‘– Ne m’as-tu pas demandé si je pouvais battre Tonka ?’

Comme d’habitude, Cale ignora juste le Dragon Noir.

Après avoir répété plusieurs fois à Amiru qu’il allait bien, Cale tourna son regard vers Tonka.
Tonka observait également Cale. Tonka arborait une expression vide depuis un moment déjà, non, c’était plus une expression complexe.

Les Pouvoirs Anciens.

C’était le seul type de pouvoir que les non-mages, qui se concentraient sur la force physique, acceptaient comme force. C’était parce qu’ils considéraient cela comme une bénédiction que le pouvoir de quelqu’un soit passé à travers les générations.

Cale regardait Tonka sans émotion spécifique.
C’était un bâtard fou qui avait fini en tant que héro, mais qui montrait également des signes d’auto-destruction dans le volume cinq.

Les Baleines approchèrent Cale, et Witira demanda prudemment.

« Cela vous convient-il vraiment que nous venions avec vous ?
– Ce n’est pas comme si vous deviez aller quelque part. Je peux vous donner un endroit où rester pour la nuit. »

Cale monta dans le carrosse et pressa les Baleines de faire de même. Il referma ensuite la porte du carrosse et se mit à réfléchir.

Au moins Tonka sera de retour au Royaume de Whipper.

Le style de Cale, non, de Kim Rok Soo n’était pas de créer une relation profonde avec quelqu’un avec qui il ne pouvait pas communiquer. C’était différent du fait d’éviter quelqu’un parce que les choses pouvaient devenir compliquées.

‘Dois-je contacter le prince héritier ?’

Comment est-ce que le prince héritier réagirait si Cale lui disait qu’ils devaient ramener la ruche pleine de miel qu’était le Royaume de Whipper ? Il pouvait anticiper la réponse du prince héritier parce qu’ils étaient similaires.

Le prince héritier serait très content.
Cale rêvait de ramener cette ruche et de vivre une vie paisible dans le futur.

Cale devait rencontrer le majordome adjoint Hans, Beacrox, le Vice-Capitaine et les dix enfants Loups, Ohn et Hong une fois rentré.

Hans avait originellement approché Cale normalement avant que sa mâchoire ne tombe en voyant les deux Baleines. Il se rattrapa rapidement et approcha de nouveau Cale.

« Jeune Maître-nim, vous allez bien ? J’ai entendu à propos de ce qui s’est passé.
– Je vais bien. Oh, et attribue des chambres à ces personnes. »

Cale laissa la fratrie de Baleines aux mains de Hans avant de se tourner vers Beacrox. Beacrox, qui était habillé impeccablement comme à son habitude, se renfrogna lorsqu’il inspecta Cale. Voyant Cale dans un sale état avec la poudre de rocher et l’eau de mer séchée, Beacrox se tourna vers Maes et lui parla.

« Prépare le bain.
– Compris. »

Maes répondit calmement avant de s’approcher de Cale.

« Jeune Maître-nim, j’ai entendu dire que vous avez été entraîné dans leur combat et avez failli être blessé. »

Cale regarda Maes, ainsi que les autres enfants loups qui le regardaient, et répondit de façon relaxée.

« Pas du tout. Il n’y avait aucune chance que je me blesse.
– … Je vois. »

Les enfants Loups, qui étaient extrêmement purs et joyeux, étaient calmes, contrairement à leurs comportements habituels. Cale ne s’en préoccupa pas et continua de regarder les enfants, qui s’en allèrent rapidement pour préparer le bain, avant de regarder Beacrox.
Beacrox s’exprima dès que leurs regards se croisèrent.

« Jeune Maître-nim, lavez-vous en premier s’il vous plaît. »

Cale pouvait voir que Beacrox ne supportait pas la saleté de Cale, donc il hocha juste la tête. Il tenta de se diriger vers le bain mais une voix l’arrêta.

« Jeune Sire-nim.
– Qu’est-ce qu’il y a ? »

C’était Paseton et Witira. Paseton était celui qui l’avait appelé, mais Witira fut la première à s’exprimer.

« Pourrions-nous vous visiter après que vous vous soyez reposé ? »

Le Roi Baleine. En tant qu’enfants d’une telle personne, ces deux-là étaient plus ou moins du même rang que la royauté de ce royaume. Toutefois, ils cachaient tous deux le fait qu’ils étaient liés au Roi Baleine. Honnêtement parlant, il n’y avait aucune raison de le cacher. Ce n’était pas comme si des humains sauraient qu’ils étaient de la royauté. C’était même rare de trouver un humain qui connaissait l’existence des Hommes-Baleines.

« Venez demain. »

Cale répondit sèchement avant de se détourner. Il pouvait entendre la voix du Dragon Noir dans sa tête. Le Dragon Noir avait beaucoup à dire depuis tout à l’heure.

‘– Tu as éternué ! Est-ce que tu pourras bouger ce soir ? Ne devrais-tu pas te reposer ? Tu es tellement faible que je m’inquiète tout le temps ! Pourquoi es-tu si faible ?! Ça m’inquiète ! Humain ! C’est si frustrant !’
‘Je suis celui qui est frustré.’

Cale décida d’utiliser le fait que personne ne croyait qu’il était en pleine forme à son avantage. Il avait dit à tout le monde de ne pas le déranger ce soir parce qu’il avait besoin de repos, avant de parler au Dragon Noir.

« Allons-y.
– … Je t’écouterai pour l’instant. »

Ohn et Hong les saluèrent alors que Cale se dirigea vers les îles Ubarr avec le Dragon Noir.

Aujourd’hui était le jour où il devait étendre la durée de vie de ces tourbillons pour qu’ils durent une année de plus.

‘– Je ne sais pas pourquoi tu fais cela alors que tu n’es pas guéri. Ce cerveau intelligent de dragon qu’est le mien n’arrive pas à comprendre.’

Cale répondit nonchalamment aux marmonnages d’un petit de quatre ans.

« Ça doit être fait aujourd’hui. »

Les mages du territoire arriveraient demain, rendant ses agissements plus compliqués. Il devait s’occuper de cette “Flaque d’eau” et des tourbillons aujourd’hui.

Cale pouvait voir qu’il y avait toujours de la lumière sur l’île centrale et atterrit sur une île éloignée. C’était la location du second tourbillon le plus puissant, ou plutôt, le tourbillon le plus puissant maintenant.

« Aaaah. »

Il poussa alors un soupir.

‘– Pourquoi est-ce que cet idiot nage par ici ? Attend, pourquoi est-ce que cet idiot est toujours ici ? Je ne comprends pas.’

Cale pouvait entendre la voix anxieuse du Dragon Noir. Il n’y avait personne sur l’île sur laquelle Cale et le Dragon Noir avaient atterri. Toutefois, il y avait quelqu’un dans le tourbillon en face de l’île.

« Il doit vraiment être un lunatique. »

Il faisait nuit noire, avec la lune qui avait fini son cycle. Cale se mit à réfléchir, après avoir vu Tonka, qui avait sauté dans le tourbillon avec une telle nuit. Cale voulait savoir ce que ce fou furieux pensait.

À ce moment, Tonka sauta hors du tourbillon et se précipita vers l’île.

« Je le savais ! Je le savais ! »

Tonka garda son regard fixé sur Cale alors qu’il s’approchait.

« Je savais que tu n’étais pas une personne ordinaire ! Je savais que j’avais senti une personne forte aux alentours. Es-tu un mage ? Comment as-tu volé à travers le ciel ? »

Les yeux de Tonka se mirent à trembler après qu’il eut dit le mot mage. Son plan était de se battre contre Cale s’il était un mage et de tuer Cale s’il était faible. Tonka pensait que les mages étaient un poison pour le monde. Il continua de marcher rapidement vers Cale.

« Est-ce que tu m’ignores parce que tu es un mage noble ? Hmm ? »

Tonka put voir Cale pousser un soupir. Cale le regarda avant de lui répondre.

« Je réfléchis. »

Cale était en train de réfléchir à comment s’occuper de cet idiot.

‘Est-ce que je le remets à sa place ou je l’utilise ?’

C’était ce à quoi Cale pensait. Cale observa Tonka, qui semblait vouloir se jeter sur lui et l’attaquer.

« À quoi tu penses en m’ignorant ? »

Cale prit une décision juste au moment où Tonka prononça ces mots. Il agit tout de suite après.

‘Faisons les deux.’

*Boom !*

« Ugh ! »

Tonka, qui n’était pas préparé, se retrouva propulsé et finit dans l’eau. Un tourbillon entourait le corps de Tonka.

« Qu’est-ce qui se passe ?! »

Tonka, qui avait une résistance magique élevée, trouva difficile de s’occuper de ce vent. Le vent et l’eau qui tourbillonnaient sans arrêt engloutissaient Tonka comme un marécage.
Cale créa des tourbillons dans ses deux mains avant de s’approcher de Tonka.

*Splash. Splash.*

Le son de Cale entrant dans l’eau pouvait être entendu.

Il regarda ensuite Tonka, qui se faisait engloutir par la mer après l’attaque soudaine. Peu importe à quel point quelqu’un était grand, il y aurait toujours une chance de les regarder de haut.

« Les mages ne peuvent pas avoir de pouvoirs anciens. »

Tonka pouvait sentir le vent autour de lui disparaître alors qu’il regardait Cale.

« Bob, un guerrier comme toi devrait comprendre ce que je veux dire, non ? »

Un pouvoir qui était transmis par un humain qui avait créé ce pouvoir.
Tonka avait entendu parler des pouvoirs anciens, mais c’était la première fois qu’il en voyait un en action. Il resta silencieux un moment avant de reprendre.

« … Alors tu n’es pas un mage ?
– Correct. »

Tonka posa une autre question après avoir entendu la réponse sèche, mais très claire de Cale.

« Alors comment sais-tu à propos de la faction non-mage ? »

Tonka trouva ce noble en face de lui de plus en plus étrange chaque fois qu’il le croisait.

‘Oui. Il est étrange.’

Ce noble ne se préoccupait pas qu’il n’utilisait pas de langage formel avec lui. Il était aussi quelqu’un qui travaillait dûr pour sauver les autres alors qu’il était malade. Il y avait aussi l’odeur étrange d’une personne forte autour de lui, alors que lui-même n’était pas puissant.

Quelqu’un qui continuait à révéler des pouvoirs uniques chaque fois qu’il le voyait. C’était aussi quelqu’un qui avait essayé de le sauver.

C’était la première fois que Tonka voyait quelqu’un comme lui.
Toutefois, les mots de Cale le choquèrent de nouveau.

Cale ne répondit pas à la question de Tonka. Au lieu de cela, il lui posa à son tour une question.

« As-tu songé à la destruction de la Tour de Magie ?
– Quoi ? Qu’est-ce que tu as dit ? »

Les yeux de Tonka s’ouvrirent grand sous le coup du choc. Son expression semblait demander comment Cale était au courant.

Détruire la Tour de Magie. C’était l’un des objectifs de la faction non-mage depuis le début. Cale continua sur sa lancée.

« Si tu comptes le faire, ne la détruis pas trop. »

Tonka laissa inconsciemment échapper le fond de sa pensée.

« … Espèce de cinglé, de quoi tu parles ?
– Ah, mais vire tous les mages. »

Tonka pouvait finalement atteindre une conclusion au sujet de Cale après avoir entendu ce que Cale avait à dire. Cale se mit à sourire en regardant Tonka.

Les non-mages qui gagneraient la Guerre Civile dirigeraient le Royaume de Whipper avant qu’il ne s’écroule rapidement. Même si les instincts naturels avaient écrasé la rationalité qu’était la magie, une existence sans rationalité n’était pas mieux qu’un animal.

Le plan de Cale était de prendre le contrôle des bénéfices que ces animaux finiraient par regretter.

« Je compte acheter la Tour de Magie. Qu’en penses-tu ? »

Tonka se mit à sourire en regardant Cale.

« Quel cinglé. »

Tonka était fixé à propos de Cale.

 

<< Previous Chapter | Index | Next Chapter >>

Bookmark(0)

No account yet? Register

About TCF_TL_FR

Beware of the infamous cats from the Hénituse Household! A, Catto n°1: Cussing Cat, the most cat of us all. E, Catto n°2: Innocent Cat, the most flowery and sociable cat. L, Catto n°3: Bookworm Cat, the cat quietly judging people behind her books.

Leave a Reply

Your email address will not be published.