La Pourriture de la Famille du Comte – Chapitre 2 – Lorsque j’ai ouvert les yeux (1)

L’homme pouvait sentir quelqu’un lui tapoter gentiment l’épaule. La main rugueuse lui faisait penser aux mains d’un parent exténué. C’était aussi chaleureux.

« Jeune maître, c’est le matin. »

Mais la voix était très impressionnante. L’homme ressentit des frissons le long de son corps et ses yeux s’ouvrirent inconsciemment. Au lieu de se réveiller sous la chaleur des rayons du soleil, ce qu’il vit, fut un vieil homme se tenant-là avec une expression satisfaite.

« Il est surprenant de vous voir éveillé après seulement une tentative.
– Hein ?
– Monsieur le Comte souhaite déjeuner avec le jeune maître, puisque cela remonte à un certain temps. Il semblerait que ce soit possible aujourd’hui. »
(TL notes : Pour la traduction, nous avons pris les anciens termes, où les différents repas sont dans l’ordre le déjeuner, le dîner et le souper.)

L’homme pouvait apercevoir un miroir derrière le vieil homme. Le miroir reflétait un homme aux cheveux rouges, perdu, qui le regardait en retour.

‘Je suppose que ce type, c’est moi.’

« Jeune maître Cale ? »

L’homme se tourna vers l’origine de la voix inquiète pour y trouver le vieil homme, qui ressemblait à un domestique regarder en sa direction. Mais cet homme soucieux n’était pas le problème.

L’homme avait bien entendu.

Jeune maître Cale. C’était un nom familier. Il laissa échapper lentement le nom.

« Cale Hénituse ? »

Le vieux domestique le regardait comme s’il regardait son propre petit-fils.

« Oui. C’est votre nom, jeune maître. Je suppose que vous êtes encore un peu ivre. »

En entendant la réponse concernée du vieil homme, l’homme pensa naturellement à un nom bien plus important encore que le nom de Cale Hénituse.

« …Beacrox.
– Êtes-vous en train de parler de mon fils ?
– …Le cuisinier en chef.
- Oui. Mon fils est un cuisinier. Avez-vous besoin qu’il vous prépare quelque chose pour vous sortir de votre état d’ébriété ? »

L’homme sentit ses alentours s’obscurcir et sa tête commença à tourner. Il reposa sa tête sur sa main.

« Jeune maître, êtes-vous encore ivre ? Devrais-je appeler le docteur ? Ou, allez-vous vous laver maintenant ? »

L’homme observa ses cheveux rouges qui lui retombait sur son visage. C’était d’un rouge écarlate, bien trop différent de ses cheveux noirs d’origine.

Cale Hénituse. Beacrox. Ron, le père de Beacrox.

Ils étaient les personnages qui apparaissaient au début de [La Naissance d’un Héros], le roman qu’il lisait la veille avant de s’endormir.

Il redressa la tête et regardait aux alentours. Il pouvait voir une chambre qui était complètement différente d’un style typiquement Coréen. Elle lui rappelait l’Europe. Chaque élément de la chambre était extrêmement extravagant et luxurieux.

« Jeune maître ? »

L’homme répondit à Ron, ce vieil homme qui prétendait d’être soucieux et inquiet.

« Eau froide.
– Pardon ? »

Il avait besoin de quelque chose pour s’éclaircir les idées. Il pouvait voir le visage de Cale Hénituse dans le miroir derrière Ron, le vieil homme.

‘Il me semble encore normal.’

‘Je suppose que Cale n’a pas encore été brutalement corrigé par le personnage principal.’

Son visage attrayant attira son attention.

L’homme était devenu Cale Hénituse lorsqu’il avait ouvert les yeux.

Cale Hénituse. La pourriture qui a été brutalement corrigé par le personnage principal dans le début de [La Naissance d’un Héros]. C’était la personne qu’il était devenue.

« Jeune maître, je présume que vous n’allez pas vous baigner dans de l’eau froide. Demandez-vous de l’eau à boire ? »

Cale tourna son regard vers Ron. Ron avait beau prétendre être un vieil homme bénin, mais en réalité il cachait sa véritable identité d’une personne cruelle et vicieuse.

Il fit une demande à Ron.

« S’il-te-plaît, va me chercher de l’eau à boire. »

Tout d’abord, il avait besoin de boire de l’eau froide pour retrouver son calme.

« Je vais en préparer tout-de-suite.
- Super. Merci. »

Ron tressaillit pendant un instant et eut une expression étrange sur son visage mais Cale ne s’en était pas rendu compte.

***

Ron dû quitter la pièce car il n’y avait que de l’eau tiède dans la chambre. Une fois seul, Cale se leva du lit et se dirigea vers la salle-de-bains. S’il était vraiment dans le roman, il savait qu’il devrait y avoir un grand miroir à l’intérieur.

Comme il s’y attendait, le miroir à taille humaine était dans la salle-de-bains. Cale Hénituse, qui avait beaucoup d’intérêt pour son apparence et son physique, avait placé ce miroir à l’intérieur. Personne d’autre dans la demeure n’avait un tel miroir.

L’homme dans le miroir avait des cheveux rouges et un corps assez bien sculpté. Ce ne serait pas faux de dire qu’il avait un corps qui irait à n’importe quel style.

« Je suis vraiment devenu Cale. »

L’homme du miroir était effectivement Cale Hénituse du roman. [La Naissance d’un Héros] décrivait excessivement l’apparence de chaque personnage. C’était pour cette raison, que l’homme n’avait eu d’autre choix, que d’accepter qu’il fût devenu Cale Hénituse.

Est-ce que les personnes devenaient en général plus calme lorsqu’ils sont surpris et choqués ? Cale, non, Kim Rok Soo se rappelait calmement la veille.

C’était un jour de congé banal. Il n’avait pas lu un vrai livre depuis un moment, au lieu d’un sur son portable, alors il partit vers la bibliothèque pour choisir des livres. Il emprunta la série entière puisqu’il avait prévu de lire toute la journée.

Le nom du livre était, bien entendu, [La Naissance d’un Héros]. Il parvînt à finir le cinquième tome avant de s’endormir. Mais lorsqu’il se réveilla, il était devenu Cale Hénituse, l’individu qui s’est fait corriger sans pitié dans le tome 1.

‘Est-ce que les choses vont suivre l’ordre du roman ?’

Il se sentait anormalement calme. Une fois qu’il s’était remis de la situation, son esprit était redevenu calme. Il commença à se souvenir du contenu du tome 1.

[La Naissance d’un Héro].

Ce roman racontait la naissance des héros dans les deux continents de l’Ouest et de l’Est, en plus de leurs épreuves et de leur développement. Le personnage principal était naturellement Coréen. Il était un lycéen qui avait été transporté dans ce monde lorsqu’il n’était qu’en seconde. De plus, son espérance de vie était devenue aussi longue que celle d’un dragon, l’empêchant pratiquement de vieillir.
(TL notes : En Asie, le collège dure 4 ans, tandis que le lycée dure 3 ans ; la seconde qui est considéré comme une année du collège en France est une année de lycée en Asie.)

« … C’est assez grave ? »

Il allait se faire brutalement corriger par une personne pareille. Le plus important, cependant, c’était qu’il ne s’était pas encore pris cette correction.

Cale lâcha le miroir des yeux et entra dans la baignoire qui était pleine d’eau tiède. Il s’allongea dans la baignoire et regarda le plafond. C’était ce même marbre précieux qui était décrit dans le roman. La demeure où vivait Cale était en réalité pleine de marbre.

Cale commença à marmonner en regardant le plafond.

« Ce n’est pas comme s’il y avait beaucoup de choses qui allaient me manquer. »

Sa vie en tant que Kim Rok Soo. Il n’y avait vraiment pas grand-chose. Il était orphelin et n’avait pas beaucoup d’argent. Il n’avait pas non plus une personne qu’il aimait à en mourir, ou un ami pour lequel il serait prêt à sacrifier sa vie. Il a seulement continué à vivre parce qu’il ne pouvait pas mourir.

Oui, il ne pouvait pas mourir.

Il détestait complètement l’idée de mourir et de souffrir. Il était devenu un orphelin après avoir perdu ses deux parents dans un accident de voiture lorsqu’il était jeune.

Il n’aimait pas la douleur ou la mort. Qu’importe ce que c’était, même s’il roulait sur un tas d’excréments, c’était toujours mieux que d’être mort.

‘Pour cette raison, je dois d’abord être sûr de ne pas me prendre une correction.’

Cale ne savait pas quel jour il était dans le roman, mais il était sûr qu’il n’avait pas encore rencontré le personnage principal. La raison était simple.

‘Je n’ai pas la cicatrice sur les côtes.’

Cale Hénituse, la pourriture de la Famille du Comte Hénituse. Quelques jours avant de rencontrer le personnage principal, Cale avait bu et faisait un vacarme. Il lançait des objets aux alentours et fut poignardé sur le côté par le pied cassé d’une table, ce qui lui donna cette cicatrice.

Quel personnage ! Il n’avait pas obtenu cette cicatrice en se battant avec quelqu’un d’autre. Il l’avait eu parce qu’il était en colère du fait que l’alcool n’avait pas bon goût et fit un caprice. Il rencontra le personnage principal après avoir eu la cicatrice, et, après une courte discussion, il se fit brutalement corriger.

« Mm. »

Cale croisa ses bras et commença à réfléchir.

Il ne savait pas ce qui était arrivé à Cale après s’être fait brutalement corriger dans le tome 1. Tout ce qu’il savait, c’était que le personnage principal, Choi Han, a eu plusieurs rencontres prédestinées et surmonte de nombreuses épreuves pour devenir un héros aux côtés de ses compagnons.

Ainsi commencera l’ère pour lui de prouver qu’il était un héros. Le royaume de Roan où Cale vit actuellement, ainsi que plusieurs autres endroits dans les continents de l’Est et de l’Ouest, seront bientôt ravagés par la guerre. Ce sera réellement le moment propice pour les héros de montrer leurs capacités.

Cale commença à se renfrogner. Kim Rok Soo, l’homme qui était devenu Cale. Sa devise était assez simple.

Vivre longtemps sans douleur. Apprécier les petits plaisirs de la vie.

Vivre une vie paisible.

« …Du moment que je fasse en sorte que l’histoire procède comme prévu tout en évitant que je me fasse corriger, le personnage principal pourra s’occuper du reste. »

Pour une raison inconnue, il pouvait se souvenir de chaque ligne du livre sans aucun problème. Cale se relaxa dans l’eau tiède tout en arrivant à la dernière conclusion avec ses pensées à présent claires.

« Ҫa vaut le coup d’essayer. »

Ҫa valait le coup d’essayer d’éviter la guerre sur le continent et de vivre sereinement. La situation de la pourriture était bien meilleure que lorsqu’il était Kim Rok Soo. La position du comté était aussi dans l’angle du continent de l’Ouest, faisant du territoire un endroit idéal pour éviter la guerre. Dans le roman même, il y avait plusieurs nobles qui ont réussi à éviter les conséquences de la guerre. Même s’il ne pouvait pas l’éviter complètement, il devrait au moins être capable de réduire les conséquences à un minimum.

« Jeune maître, êtes-vous à l’intérieur de la salle-de-bains ? »

Il pouvait entendre la voix de Ron venant de l’extérieur. Cale réfléchissait à propos de la véritable identité de Ron. Ron était un assassin qui était venu depuis le continent de l’Est par la mer. Il prétendait être un vieil homme bénin, mais le vrai Ron était un homme cruel et sans-merci.

« Oui. Je vais bientôt sortir. »

Sa réponse naturelle était de parler informellement au vieil homme. Cale réalisa ce qu’il faisait et pris sa décision sur ce qu’il allait faire dans le futur.

Il était nécessaire de refiler ce vieil homme au personnage principal et de l’envoyer ailleurs.

Ce vieil homme pouvait facilement tuer Cale en un seul coup, mais il traitait Cale comme un chiot que vous laissiez seul car vous culpabilisiez pour lui. Il souriait doucement, mais il n’y avait pas une once d’empathie pour Cale en lui. Dans le roman, Ron part avec le personnage principal et son fils, après que Choi Han corrige brutalement Cale.

Cale enfile le peignoir alors qu’il quittait rapidement la salle-de-bains. Ron se tenait là, avec un sourire sur son visage et un plateau avec une tasse dans ses mains.

« Jeune maître, tenez. »

Cale récupéra la tasse et dépassa le vieil homme. Il ne voulait pas faire de contact visuel avec un vieil homme aussi dangereux.

« Super, merci. »

L’expression de Ron devînt encore une fois étrange, mais Cale l’avait déjà dépassé. Cale prit une gorgée d’eau froide en se mettant à réfléchir.

‘Il y a trop de personnes puissantes ici.’

En fait, ils étaient trop nombreux. Qu’importe où allait le personnage principal, il y avait soit des individus puissants soit des individus avec des secrets. Ces individus pouvaient aussi bien être des humains que de venir d’autres races.

‘Je dois au moins avoir la force de me protéger.’

Dans le but de vivre longtemps sans douleur sur le continent qui allait bientôt être occupé par la guerre, il fallait une certaine quantité de force. Bien sûr, il ne fallait pas être trop puissant. Sinon, d’autres choses compliquées allaient se produire.

Cale pensait aux différentes rencontres prédestinées qui se passaient dans les premières parties du roman. Les pouvoirs qui renforcent le personnage principal et ses compagnons. Il réfléchissait à ceux qui l’aideraient à survivre longtemps sans douleur. Il y en avait quelques-uns qui lui vinrent à l’esprit. Il avait juste besoin d’en choisir certains d’entre eux.

« Jeune maître, nous allons à présent commencer à vous habiller.
– Oh, c’est vrai. Merci. »

La porte s’ouvrit aussitôt et quelques domestiques entrèrent pour aider Ron à habiller Cale. Cale n’avait pas remarqué que Ron avait une expression stoïque au lieu de son expression habituelle, tandis qu’il regardait les vêtements que les domestiques ramenèrent.

« Ah, quelque chose de simple aujourd’hui. »

Il détestait vraiment les accoutrements compliqués. Les vêtements simples qui permettent de se relaxer confortablement étaient les meilleurs.

« Oui, jeune maître. »

Le domestique en charge des accoutrements sortit rapidement des vêtements simples et Cale se changea dans le plus simple d’entre eux. Il fronça les sourcils après avoir fini de se changer. Même cet accoutrement “simple” était extrêmement extravagant et pas de son goût.

Cependant, le reflet dans le miroir était assez attirant.

‘Il est vraiment charmant et tous les styles lui vont.’

Le visage était vraiment le plus important dans la mode. Il regardait dans le miroir et boutonna ses manchettes avant de se tourner vers Ron.

Ron était de nouveau en train de sourire comme un gentil vieil homme.

« Ron, allons-y.
– Oui, jeune maître. »

Cale marchait derrière Ron. C’était pratique qu’il n’eût pas besoin de savoir la disposition de sa demeure. Il avait juste besoin de suivre Ron qu’importe où il avait besoin d’aller. Tous les domestiques que Cale voyait, tressaillirent et s’inclinèrent respectueusement avant de sembler s’enfuir.

‘Pourquoi étaient-ils autant effrayés ? Cale ne frappe jamais personne.’

Il aimait juste boire et s’amuser. Parfois, quand il était ivre, il cassait effectivement des choses. Mais c’était la raison pour laquelle il était la pourriture de la famille. Il ne traitait d’ailleurs pas les personnes en tant que telles, à part les quelques rares personnes qu’il appréciait.

‘Au fond, c’est mieux si personne ne m’adresse la parole’

Cale y réfléchit sereinement. Il aurait été plus difficile s’il avait été dans le corps d’un citoyen modèle. Une pourriture peut faire comme bon lui semble, sans inquiétude. C’était possible uniquement parce qu’il n’avait aucun désir de vivre en tant que citoyen modèle.

« Je vais à présent ouvrir la porte.
– D’accord. »

Cale hocha la tête vers Ron. Le livre mentionnait que Cale se comportait avec Ron, quelqu’un qui l’avait éduqué comme s’il était son propre petit-fils depuis qu’il était petit, aussi gentiment que s’il avait été avec son propre père. Il mentionnait qu’il répondait toujours à Ron et le traitait comme une personne. Bien sûr, Ron ne pensait pas vraiment comme ça. C’est la raison pour laquelle il était facile pour Cale de parler avec Ron. Il avait juste besoin de répondre aux questions de Ron et de le traiter comme un être humain.

« J’espère que vous apprécierez votre déjeuner.
– Merci. Ron, assures-toi de manger un bon repas aussi. »

Cale dépassa Ron et entra dans la salle-à-manger. Il pouvait voir toute sa famille assise là. Son père et le chef actuel du foyer Hénituse, Deruth. À côté de lui se trouvait la belle-mère de Cale, la Comtesse, de même que son beau-frère et sa belle-sœur. Les quatre personnes regardaient Cale.

« Tu es encore en retard, aujourd’hui. »

Le regard de Cale se tourna vers son père qui parlait. [La Naissance d’un Héro] décrivait les sentiments de Cale pour son père comme ceci.

‘Son père était l’unique personne que Cale écoutait. La raison pour laquelle la pourriture ne quittait pas la zone et avait tout ce qu’il voulait à l’intérieur du Compté, était à cause de son père, le Comte Deruth Hénituse.’

Mais, malheureusement, le père de Cale était différent des autres pères puissants dans ce roman. Il n’avait pas de pouvoirs ou d’influence particuliers. Il avait juste beaucoup d’argent. Cependant, Cale appréciait beaucoup ceci. C’était l’environnement familiale parfaite pour vivre une vie simple.

Ensuite, il y avait les trois autres individus.

Sa belle-mère, qui savait qu’il ne l’appréciait pas et qui l’évitait.

Son intelligent premier-né, qui trouvait difficile d’interagir avec Cale, son frère bien plus âgé.

Et la mignonne cadette de la famille qui évitait son grand-frère Cale.

Mais ce n’était pas comme si Cale les dérangeait ou qu’ils dérangeaient Cale. Ils se traitaient mutuellement comme des inconnus.

Cale pensait que c’était un superbe environnement pour vivre tranquillement seul.

« Prends place.
– Oui, père. »

Cale regardait le buffet sur la table qui n’entrait pas dans sa définition de déjeuner et s’assit sur son siège. Il sentit alors quelque chose de bizarre et leva la tête.

« Vous vouliez me dire quelque chose, père ?
– …Non, rien du tout. »

Deruth fixait Cale. Le reste de la famille en faisait de même. Cale regarda dans les yeux de chacun des membres de sa famille. Ils détournèrent rapidement le regard à chaque fois qu’il croisa leurs regards et continuèrent à manger.

‘Je suppose qu’ils me trouvent vraiment difficile à gérer.’

Cale tourna aussi sa tête vers la table. Le luxueux festin qui était différent des déjeuners qu’il avait pour habitude de manger juste pour remplir sa panse, le fit sourire. Il commença d’abord par couper la saucisse en deux avec le couteau.

‘C’est juste tellement juteux.’

Il ne savait pas si le jus qui s’échappait à l’instant où il coupait était parce que c’était fait-maison ou parce que c’était bien cuisiné, mais la couleur de la saucisse lui donnait faim. Cale commença à sourire sans le réaliser.

*Clang*

Il entendit quelque chose tomber et croisa le regard de son petit-frère Basen. Il pouvait voir que Basen avait laissé tomber la fourchette de sa main.

« Mes sincères excuses. »

Basen s’excusa calmement comme sa personnalité décrite dans le roman. Le domestique en charge du repas s’approcha rapidement pour donner à Basen une nouvelle fourchette et ramassa la fourchette au sol. En regardant ça, Cale pensa qu’il était vraiment agréable d’être un noble, avant de se concentrer une fois encore, sur la nourriture devant lui.

Cale avait trouvé le premier point positif après être arrivé dans ce roman. Le déjeuner était extrêmement luxurieux et tellement bon que son estomac était complètement satisfait.

Le sourire sur son visage ne pouvait pas disparaître.

« … Oh ? »

C’était la raison pour laquelle il n’entendit pas l’exclamation choquée de son frère Basen.

<< Previous Chapter | Index | Next Chapter >>

Bookmark(0)

No account yet? Register

About Team Cats in Bérets

Beware of the infamous cats from the Hénituse Household! A, Catto n°1 : Cussing Cat, the most cat of us all. E, Catto n°2 : Innocent Cat, the most flowery and sociable cat. L, Catto n°3 : Bookworm Cat, the cat quietly judging people behind her books.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *