La Pourriture de la Famille du Comte – Chapitre 17 – Départ (4)

« Jeune sire, c’est la meilleure chambre que nous avons.
– Semble convenable. »

Le vieil homme mena le groupe de Cale à son auberge. L’intérieur de l’auberge avait l’air aussi rustique que le village, mais il y avait tout ce que l’on pouvait avoir besoin, probablement parce que les marchands qui visitaient le Comté Hénituse restaient dans cette auberge durant leur trajet.

« C’est la première fois qu’un noble séjourne chez nous. Veuillez, s’il-vous-plaît, être clément avec nous, même si ce n’est pas à la hauteur de vos attentes, considérez cet endroit comme là où vivent les plus démunis. »

Cale observa ce vieil homme. Il semblait plus à l’aise que lorsqu’il parlait à Venion Stan, mais il semblait encore effrayé par le fait qu’un noble allait rester dans son auberge.

Il était acceptable qu’il ait un peu d’anxiété, mais en avoir trop était aussi inconfortable pour Cale.

‘À ce rythme, ça n’apportera rien de bon.’

Cale tapota l’épaule du vieil homme et essaya de le calmer.

« Vieil homme. Relaxe. Je n’aime pas les gens qui se rabaissent comme ça. C’est un endroit où les gens vont-et-viennent de notre territoire pour se reposer. Ce n’est pas possible qu’un tel endroit puisse être décevant. »

Les pupilles du vieil homme commencèrent à trembler. Il humecta sa lèvre supérieure avec sa langue, avant de finalement commencer à parler, après un peu d’hésitation.

« Jeune sire, y a-t-il beaucoup de bonnes personnes comme vous dans le Comté Hénituse ?
– Qu’est-ce que c’est que ces conneries ?
– Pardon ?
– Je suis la plus grande des pourritures de notre territoire. Presque tout le monde que tu trouveras aura un meilleur caractère que moi.
– Ah. »

Le vieil homme exprima sa surprise. On et Hong, qui avaient fait main-mise sur le canapé dans la chambre, miaulaient et secouaient leur tête, mais personne ne semblait le remarquer.

« Tu peux partir faire ce que tu as à faire. »

Le vieil homme s’inclina profondément suite au renvoi de Cale et quitta la chambre. Cale trouvait agaçant que ce vieil homme semblait toujours aussi rigide, mais décida de ne pas s’en soucier.

*Toc toc toc.*

Quelqu’un d’autre toqua à la porte.

« Entre. »

La porte s’ouvrit et le majordome adjoint Hans lui remit une petite boîte.

« Jeune maître, vous aviez demandé seulement cette boîte, n’est-ce pas ?
– Oui. Donne-la-moi. »

Le majordome adjoint Hans montrait sa curiosité en donnant la boîte à Cale. C’était le seul bagage que Cale avait personnellement amené avec lui. Il aurait simplement pensé que ce serait de l’alcool ou des en-cas si elle aurait été une boîte normale, mais cette boîte n’était pas normale.

C’était la boîte magique de la meilleure qualité possible avec une serrure magique dessus. Le sceau sur la boîte magique avait l’emblème de la Guilde Marchande de Flynn. Elle était une des trois plus grandes guildes marchandes, et une qui avait une relation proche avec la famille Hénituse.

Cale commenta simplement tout en regardant Hans.

« Un majordome n’est-il pas censé ne montrer aucune émotion sur son visage ? En particulier la curiosité ?
– Une des règles d’un bon majordome est de montrer toutes leurs émotions devant leur maître.
– Drôle de personnage.
– Je suppose que je suis un peu drôle. »

Pour quelqu’un qui ne voulait pas aller à la capitale, sauf pour s’occuper des chatons, Hans était un peu insolent, mais Cale pensait quand même qu’il était bien plus qualifié que les autres candidats au poste de majordome. En voyant Hans qui commençait à s’habituer à son caractère, Cale répondit naturellement.

« Sors.
– Oui, monsieur. »

Et Hans partit immédiatement, comme à son habitude. Néanmoins, il posa une question concernant leur voyage avant de refermer la porte.

« Allons-nous rester ici pour trois jours ?
– Oui. Occupe-toi de tout le reste.
– Oui, monsieur. »

Hans répondit en refermant la porte. À l’exception du Vice-capitaine qui était responsable de la sécurité du convoi, Hans était responsable de tout le reste. Toutefois, il n’avait montré aucune difficulté à le faire et prenait soin de tout efficacement.

« Il semble être un bon majordome, nya. »

On, le chaton argenté répondit pendant qu’elle s’approchait de Cale. Cale acquiesça de la tête. Puis, Hong, le chaton rouge, enchaîna par la suite.

« Ҫa n’a pas l’air si dur pour lui non plus, nya. »

Cale était d’accord avec cette déclaration. Ron était une chose, mais à part Ron, Hans était celui qui avait le moins de difficulté à s’occuper de Cale. Il était effrayé par Cale, mais il ne le trouvait pas difficile.

‘Il est un majordome assez décent.’

Cale écarta les chatons qui se dirigeaient vers lui et ouvrit la boîte. La méthode pour ouvrir la boîte avec une serrure magique était simple. L’empreinte de Cale. C’était l’unique clé qui pouvait ouvrir cette boîte particulière. Cale mit son index sur le centre du sceau magique.

*Bip. Clic.*

La boîte fit un petit son avant de s’ouvrir.

À l’intérieur de la boîte se trouvaient les objets que Cale avait préparés pendant les quatre jours avant son départ pour la capitale.

« Je suis vraiment curieuse de ce que c’est, nya.
– Vraiment curieux, nya. »

Cale ignora les deux paires de pupilles dorées qui le regardaient, et répondit juste vaguement.

« C’est ce qui va nous aider à sauver une pauvre âme, emmerder des enfoirés et m’empêcher de me blesser. »

On et Hong le regardaient avec curiosité, mais Cale caressa simplement les objets à l’intérieur de la boîte avec satisfaction. Il se rappela de la discussion qu’il avait eue avec Billos, le bâtard de la Guilde Marchande de Flynn, avant de partir.

« Jeune Sire, où avez-vous l’intention d’utiliser ces choses ?
– Je ne vois pas pourquoi je dois te l’expliquer.
– … Je vois. Mais cela va coûter assez cher d’acheter tous ces objets.
– … Est-ce qu’il est possible de les louer ?
– Pour vous, bien évidemment, c’est possible. »

La majorité des objets à l’intérieur de la boîte était des outils magiques. Cale s’attendait à ce qu’ils soient coûteux, mais c’était vraiment bien plus que ce qu’il s’imaginait. Cale a dû utiliser tout l’argent de poche qu’il avait obtenu de son père. Il devait aussi tout retourner à Billos une fois qu’il arriverait à la capitale.

‘Ça m’emmerde. Je ne voulais pas me mêler à lui une fois arrivé à la capitale, mais je n’ai pas d’autres choix.’

« Deux des objets ne peuvent être loués à des étrangers. Je les ai loués en mon nom, pour vous. Alors vous devez me les rendre à la capitale. En personne.
– Okay. »

Cale se saisit d’un des objets dans la boîte. C’était un orbe rond et noir avec beaucoup de symboles encastrés dessus. Hong, le chaton rouge posa ses pattes sur le genou de Cale pour demander.

« Vraiment curieux à propos de ça, nya.
– Un Outil de Perturbation de Mana. Il vaut presque un milliard de gallons.
– Nyah ! »

On et Hong exprimèrent tous les deux leur surprise.

« Il coûte 20 millions de gallons juste pour le louer. »

Hong baissa lentement ses pattes qui étaient sur le genou de Cale avant de partir avec sa sœur On, vers le coin du lit. Ils essayaient de garder autant de distance que possible de l’orbe noir.

Cale se souvînt de l’information sur l’orbe. Billos avait trouvé exactement l’objet que Cale recherchait.

« Il provoque une irrégularité dans le flux de mana dans un certain rayon, empêchant tous les outils magiques de fonctionner. C’est aussi suffisamment solide pour ne pas se casser même si une montagne devait exploser.
– Alors, quelque chose comme un outil de surveillance se casserait immédiatement ?
– Bien sûr. Mais, il est nécessaire de l’installer au préalable 27 heures à l’avance. Il a été créé de sorte à infuser lentement une force pour interrompre le flux de mana pour qu’il ne soit pas remarquable par les mages.
– Combien de temps durera-t-il ?
– 40 minutes. N’est-ce pas génial ? Bien sûr, s’il y a des mages aux alentours, ils seront capables de résoudre ce problème dans les 5 à 10 minutes.
– Je garderai ça en tête. »

Le coin des lèvres de Cale commença à se lever. C’était l’objet le plus coûteux qu’il avait loué à Billos, mais il aurait beaucoup d’utilité pendant ce voyage.

‘J’aime vraiment sa durabilité.’

La Guilde Marchande de Flynn était un endroit très utile. Cale sourit avec satisfaction, avant de lancer l’orbe noir, qui était plus petit que le poing d’un nourrisson, vers les chatons qui étaient accroupis au coin.

« Huk !
– Miiiaou ! »

L’un d’entre eux s’exclama, tandis que l’autre miaula et évita l’orbe noir, mais, au final, ils durent s’asseoir silencieusement en face de Cale, avec l’orbe noir sous leurs yeux.

« Vous savez comment lire une carte, n’est-ce pas ? »

On tapa de sa queue sur le sol en réponse.

« Bien sûr. Nous étions les héritiers potentiels de la Tribus des Chats du Brouillard, à un moment donné.
– Oui. Noona a raison, nya. »

Cale sortit un autre objet important, une carte, de la boîte. Ce n’était pas très détaillé, avec seulement les repères généraux autour du Comté Hénituse. La plupart des marchands allaient et venaient du Comté Hénituse en utilisant cette carte.

« Nous sommes à présent dans ce village. »

Cale pointa la montagne à droite du village.

« Vous voyez cette montagne ?
– Je la vois, nya.
– Très simple à voir, nya. »

C’était ce qu’avait dit Billos.

« Ah. Sa portée est similaire à sa durabilité. »

Une montagne.

« Si vous allez vers cette montagne, vous verrez une villa au loin. Derrière elle, se trouve une cave. »

Il n’y avait aucun mage autour du Dragon Noir en ce moment. Les personnes de la Tour de Magie respectaient les Dragons comme étant la meilleure race magique et ne souhaitaient pas que des humains torturent et domestiquent un dragon. Ils considéraient cet acte comme la plus grande insulte à la magie.

Les personnes autour de la cave et de la villa étaient des chevaliers et des soldats que le Marquis faisait confiance ainsi que des personnes qui faisaient le sale boulot pour eux.

« Ne vous approchez pas du tout de cet endroit. Il ne faut pas que vous vous fassiez prendre. »

Cale avait entendu la situation de ces deux enfants. C’était la raison pour laquelle il était confiant qu’ils pouvaient faire ça, mais il voulait quand même les prévenir. Ce serait mauvais que leur curiosité les amène près de la cave.

« Il y a quelque chose qui se fait torturer là-bas. Nous allons le sauver, donc vous devez faire attention.
– Quelque chose ?
– Oui. C’est même plus jeune que toi, Hong.
– … Même plus jeune que moi ?
– Oui. 4 ans. »

Bien sûr, même âgé de 4 ans, il était suffisamment puissant pour envoyer On ou Hong voler, dès que les chaînes de restriction de mana seraient enlevées.

« Nous allons le sauver ? »

Les yeux de On et de Hong s’illuminèrent tandis qu’ils appuyèrent sur le lit avec leurs pattes.

« Sauver ? Bien sûr. Restez juste sous votre forme de chats et allez enterrer cet orbe dans la montagne sans vous faire prendre. »

Il ne devrait y avoir quasiment aucune chance de se faire prendre sous leur forme de chat. Cale mis l’orbe noir dans une petite bourse avant de la mettre autour du cou de On comme un collier.

« Où est-ce qu’on devrait l’enterrer ?
– N’importe où sur la montagne.
– Vraiment n’importe où ?
– Oui. »

Les chatons se regardèrent l’un l’autre, avant d’acquiescer leur tête.

« Facile, nya.
– Nous avons même réussi à éviter les anciens de la Tribu des Chats pour nous échapper, nya. »

Cale était d’accord avec eux.

« Ҫa devrait être simple pour vous deux. Vous deux avez suffisamment de talents pour ça. En premier lieu, je ne demanderais pas à quelqu’un d’inutile de faire quelque chose comme ça. »

Les deux chatons regardaient de nouveau vers Cale avec leurs pupilles dorées. Cette paire de frère-et-sœur, qui avaient failli se faire tuer par leur propre tribu pour ne pas avoir de capacités, même s’ils n’ont jamais eu la chance d’apprendre, commençaient à être émus. Leurs queues s’agitaient et ils froncèrent le museau pour retenir leurs larmes.

Cale comprit ce que pensaient ces deux-là et continua sévèrement.

« Je vous donnerai autant de bœuf que vous voudrez une fois que vous aurez réussi votre tâche. »

Les deux frère-et-sœurs sautèrent immédiatement hors de la fenêtre et se dirigèrent discrètement à travers la montagne.

Naturellement, la fratrie fit comme ce que Cale voulait et obtinrent leurs récompenses. Ils purent obtenir leur steak de bœuf de premier choix. Le jour suivant, Cale but de la limonade qu’il s’était habituée à boire et demanda à Choi Han.

« As-tu déjà vu un dragon ? »

___

PR note :

Catto 2 : Nous avons ajouté des “nya” à la fin de chaque phrase car On et Hong ont un tic de langage.
Catto 1 : Nya ! Ça te dérange, nya ? Mouahaha, nya !
Catto 2 : Oui ! Je voulais des nya dans les mots ToT !
Catto 1 : C’est Nyooon !

<< Previous Chapter | Index | Next Chapter >>

Bookmark(0)

No account yet? Register

About Team Cats in Bérets

Beware of the infamous cats from the Hénituse Household! A, Catto n°1 : Cussing Cat, the most cat of us all. E, Catto n°2 : Innocent Cat, the most flowery and sociable cat. L, Catto n°3 : Bookworm Cat, the cat quietly judging people behind her books.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *