La Pourriture de la Famille du Comte – Chapitre 16 – Départ (3)

« Jeune Maître, vous rendez-vous à cet endroit ? »

Ron l’approcha dès qu’il descendit du carrosse.

« Qui ira si je n’y vais pas ? »

Ron et le Vice-Capitaine poursuivirent Cale, qui se rendait sur le lieu de l’incident sans aucune hésitation. Les deux entourèrent Cale, comme si le monde touchait bientôt à sa fin, mais Cale s’en fichait.

Un homme sortit lentement de l’autre carrosse. Venion Stan.

Cale commença à froncer profondément les sourcils dès qu’il le vit. Il n’y avait qu’une ligne dans le document que son père le Comte Deruth lui avait donné concernant la personnalité de Venion Stan.

“Un noble typique et autoritaire.”

Cale, enfin, Kim Rok Soo, pouvait aussi utiliser les informations de [La naissance d’un héros] , pour évaluer Venion.

‘Votre vilain typique.’

Cependant, c’était une sacrée prise de tête de rencontrer ce vilain typique dans la vie réelle, que ce ne l’était en tant que personnage dans un roman. Cale ne pouvait pas corriger quelqu’un parce qu’il faisait quelque chose de mal ou parce qu’il ne les aimait pas comme Choi Han le pouvait.

La situation avait déjà escaladé quelque peu le temps que Cale arrive. Dans ce court laps de temps, Choi Han était déjà si en colère que ses épaules tremblaient violemment.

« Comment pouvez-vous vous mettre en travers du chemin d’un noble de cette manière ?
– Qu’est-ce que vous racontez comme bêtises lorsque quelqu’un aurait pu être blessé ? Qui était sur le chemin ? C’est seulement arrivé parce que vous conduisiez le carrosse comme un maniaque !
– Les paysans devraient dégager du chemin lorsqu’ils voient le carrosse d’un noble. Ce n’est pas ma faute si ce paysan est si stupide qu’il est resté là sans bouger ! »

Choi Han se disputait avec l’un des serviteurs de Venion, et Hans, qui se tenait aux côtés de Choi Han, avait un air renfrogné sur le visage alors qu’il approchait Cale et murmura dans son oreille.

« Choi Han-nim a l’air extrêmement agité. »

Hans avait l’air d’avoir déjà réalisé que le propriétaire du carrosse appartenait à la famille du Marquis. Il semblait aussi avoir réalisé que la personne qui se tenait derrière le serviteur n’était autre que Venion Stan.

Ce narcissique était probablement descendu du carrosse uniquement parce qu’il avait vu le symbole de la famille Hénituse sur le carrosse de Cale.

« Il suffit. »

Venion, l’homme aux beaux cheveux blonds, parla gentiment à son serviteur. Dès qu’il entendit les paroles de Venion, le serviteur se déplaça rapidement derrière Venion, comme s’il n’avait jamais été énervé en premier lieu. Seul Choi Han soupirait, agacé, pendant qu’il consolait le vieil homme effrayé.

*Tsk.* Cale claqua sa langue.

Le serviteur n’était pas réellement énervé. Il était assez éloigné du carrosse de Cale, mais tout comme Venion, il avait dû voir la Tortue Dorée sur le carrosse de Cale. C’était pourquoi il exagérait, était extrêmement bruyant lorsqu’il se disputait avec Choi Han, de manière à pousser Cale à se rendre sur la scène. Hans savait ce que le serviteur faisait, d’où son air renfrogné en attendant l’arrivée de Cale.

Cale observa Venion et le serviteur avant de poser une main sur l’épaule de Choi Han.

« Toi aussi.
– Mais-! »

Cale savait pourquoi Choi Han était en colère. Cet endroit était similaire au village de Harris, sa seconde maison. Il était énervé que ces hommes aient mis en danger la vie d’autrui mais ne montraient ne serait-ce qu’un iota de remords, ou une quelconque forme d’excuses.

Cependant, la victime dans cela, le vieil homme, ne pouvait pas se permettre d’être en colère. C’était parce qu’il n’avait rien pour le supporter contrairement à Choi Han.

« Ils auraient pu utiliser une autre route, mais ont choisi de ne pas le faire et auraient pu blesser quelqu’un. Comment est-ce que je pourrais laisser cela passer-
– Choi Han. »

Cale mit un peu de force et appuya sur l’épaule de Choi Han.

« Calme-toi. »

Les pupilles noires de Choi Han étaient fixées sur Cale. Cale pouvait voir le Choi Han énervé, non, plus spécifiquement, le Choi Han qui était retenu par les souvenirs du village de Harris, commencer à se calmer.

Après avoir vérifié que Choi Han se calmait, Cale tourna son regard pour regarder Venion Stan.

De beaux cheveux blonds et un léger sourire sur ses lèvres. Un costume parfaitement repassé sans aucun pli. Des bottes sans éraflures. Toutefois, la chose qui attira l’attention de Cale était la petite quantité de rouge au bout de la chemise blanche de Venion.

‘Un peu de sang a dû atterrir sur lui pendant qu’il s’amusait à regarder le Dragon Noir être torturé.’

Un bâtard cinglé. Ce Venion Stan était quelqu’un qui savourait son repas pendant qu’il regardait son tortionnaire fouetter le Dragon Noir jusqu’à ce qu’il soit couvert de sang.

« Ravi de vous rencontrer. Êtes-vous quelqu’un de la maison Hénituse ?
– Oui. Ravi de vous rencontrer, Jeune sire Venion Stan. »

Comme prévu, l’autre groupe savait pour Cale. Venion n’était pas quelqu’un qui avait eu une vie facile pour atteindre la position d’hériter. Le problème était qu’il était assez rude.

« Mm. »

Venion Stan était le type qui pouvait vous sourire gentiment, mais vous ne ressentiriez que du dégoût pour lui.

« Je n’ai eu aucune raison de venir dans cette région et n’ai entendu que des histoires, mais j’ai entendu dire qu’il y avait quelqu’un dans la famille du Comte qui était un esprit libre et ne ressemblait pas à un noble. »

Venion sourit en observant Cale. C’était une expression extrêmement ennuyeuse, comme s’il essayait de faire quelque chose.

« J’ai entendu dire que le jeune Sire Basen Hénituse prenait part aux réunions des nobles depuis l’an dernier-.

‘Pourquoi il demande quelque chose qu’il sait déjà ?’

Cale n’était pas doué dans ce genre de discussions anodines. C’était pourquoi il souriait brillamment et répondit respectueusement.

« Oui. Je suis en effet cette pourriture. »

Pourriture. Le moment où ce mot sortit directement de la bouche de Cale, le serviteur de Venion tressaillit.

« Probablement l’une des pires pourritures qui soit. »

Les commissures de la bouche de Venion commencèrent à monter. Son expression semblait dire qu’il n’avait jamais vu une personne aussi dérangée avant, mais Cale s’en moquait.

Le Marquis Stan était quelqu’un qui était assez fort pour diriger une faction, mais Venion ne pouvait faire comme bon lui semblait avec les autres nobles tant qu’il n’était pas officiellement proclamé comme le futur successeur du titre de Marquis.

Un Marquis aurait normalement officiellement proclamé un enfant en tant qu’héritier pour pouvoir le protéger, et également faire en sorte que cet enfant développe son réseau dès son jeune âge. Toutefois, le Marquis Stan n’avait pas encore fait cela.

‘Il y a encore trois autres enfants.’

Venion avait deux sœurs cadettes et un frère cadet. Le Marquis aimait regarder la compétition parmi la fratrie. Venion aimait regarder le Dragon Noir être torturé pour déstresser de la compétition avec ses frères et sœurs. Le Marquis considérait la compétition entre ses enfants comme étant un sport excitant. Naturellement, le frère aîné estropié était le résultat de cette compétition.

C’était une maison complètement folle.

‘Notre famille Hénituse est une famille extrêmement bien en comparaison.’

« Vous êtes une personne très intéressante. »

Venion venait de répondre avec désinvolture à l’assertion de Cale.

Le Comte fortuné, qui résidait dans la périphérie du nord-est sans faire partie d’aucune faction. Qui essaierait de développer une relation avec cette famille ? Au contraire, les nobles avides essaieraient plutôt de s’approprier leurs terres.

Cependant, Venion n’aimait pas Cale en tant que personne. Le rebut de fils aîné et un fils cadet assez intelligent. Connaissant la relation entre Cale et Basen, Venion se rappelait de son propre frère aîné en regardant Cale.

Toutefois, Venion maintenait sa façade de noble et remit les rênes à Cale pour cet incident.

« Un obstacle imprévu m’a fait perdre du temps, mais je suppose que c’était une bonne chose puisque j’ai pu faire votre connaissance, jeune Sire Cale. »

Un obstacle imprévu. Venion parlait du vieil homme. Il était déçu parce qu’il avait perdu du temps à cause de ce vieil homme, et voulait finir cela sur une note positive.

« Mais il semblerait que vous devriez apprendre à votre subordonné à distinguer clairement entre les personnes qui ont le droit de traverser cette route et cette terre, de ceux qui ont le droit de les faire s’arrêter. »

En tant qu’héritier non officiel d’un Marquis connu, c’était tout ce qu’il pouvait faire à la pourriture de la famille d’un Comte. Son ton laissait entendre que, même s’ils étaient tous les deux de jeunes sires, leurs statuts étaient complètement différents.

Bien sûr, Cale écoutait silencieusement, mais il n’était pas le type de personne qui prêtait attention aux aboiements d’un chien.

Venion finit ce qu’il avait à dire et regarda la personne la plus inconfortable du groupe.

*Plop.*

Le vieil homme se prosterna au sol dès que Venion regarda dans sa direction et baissa la tête.

« M-Mes excuses. »

Les mains du vieil homme, qui se prosternait si bas que sa tête pouvait toucher le sol, tremblaient. Les mains de Choi Han tremblaient également alors qu’il regardait le vieil homme s’excuser.

Le comportement des habitants de chaque domaine étaient définis par la personnalité de chaque noble seigneur. Le Vicomte de ce domaine étant l’un des subordonnés du Marquis Stan, il était lui aussi très autoritaire et méprisait le bas peuple.

Les coins des lèvres de Venion se mirent à monter. Il était satisfait. Après avoir observé Venion, Cale l’interpella.

« Jeune Sire Venion. »

Une fois que Venion eut tourné la tête, Cale lui posa une question.

« Avez-vous fini ?
– … Oui. »

Cale s’abaissa. Ses vêtements luxueux commencèrent à toucher le sol. Il regarda ensuite les mains tremblantes du vieil homme.

‘Ce sera dangereux si ça continue.’

Cale était sûr de l’avoir entendu.

« Huuuuuuuu~ »

Le son fait par Choi Han qui prenait une profonde inspiration. Cela ne pouvait qu’être le son de lui retenant sa colère. Le moment où Cale l’entendit, il pouvait sentir des sueurs froides sur sa nuque, et sentit que si ça continuait plus longtemps, celui qui se ferait corriger ne serait pas lui, mais Venion. Cela ne le regardait pas si Venion se faisait corriger ou pas, mais Choi Han ne pouvait pas frapper un noble tant qu’il était associé avec lui.

Cale mit une main sur l’épaule du vieillard. Les sourcils de Venion tressaillirent. La main d’un noble était sur l’épaule d’un paysan.

« Vieil homme. »

Le vieil homme semblait extrêmement choqué en levant sa tête pour regarder Cale.

« O-Oui ? »

Cale lui demanda avec désinvolture.

« Où est le bar ?
– Pardonnez-moi ?
– Où est-ce que je peux trouver un bon alcool ? Comme tu as pu l’entendre, je suis une pourriture. Je ne me sens pas bien si je n’ai pas quelque chose à boire. J’ai besoin de boire pour être sûr que demain sera une autre bonne journée. Donc. »

Cale aida le vieil homme à se relever. Venion, qui avait observé Cale, jugea silencieusement Cale et secoua sa tête après avoir entendu Cale mentionner l’alcool.

« Montre le chemin. »

Ayant eu un contact visuel avec les pupilles tremblantes du vieil homme, Cale commença à se renfrogner en continuant.

« Tu ne comptes pas te lever ? »

Le vieil homme hésita et regarda tour à tour Venion et Cale. Cale l’ignora juste, se redressa et tendit la main, qui avait été sur l’épaule d’un paysan, vers Venion.

« C’était un plaisir de vous rencontrer aujourd’hui, jeune Sire Venion. »

Cale demandait une poignée de mains.

Venion se tenait là en silence et regardait Cale. À ce moment, l’un des serviteurs de Venion les approcha urgemment et murmura quelque chose à Venion. Cependant, c’était assez fort pour que tout le monde entende.

« Jeune Maître, nous avons été déjà assez retardés.
– … N’interromps pas une conversation entre nobles. »

Venion regarda son serviteur sans une trace de sourire sur son visage, et le serviteur s’inclina rapidement. Venion sourit de nouveau et serra la main de Cale.

« Je vais ainsi reprendre mon chemin, puisque je suis très occupé. »

Il relâcha sa prise aussitôt. C’était une très courte poignée de mains. Cale se mit à sourire comme une personne saoule et lui répondit.

« Si nous nous rencontrons à la capitale, allons boire un coup ensemble.
– … Je ne pense pas que nous apprécierions les mêmes choses, mais d’accord. »

Le sourire de Venion était moindre. Cale décida de finir la conversation en beauté.

« Oui. Au vu de notre interaction aujourd’hui, il semblerait qu’il n’y ait que le jeune Sire Venion qui mérite d’être le futur patriarche de la famille Stan. Vous êtes une personne très rafraîchissante. »

Patriarche. Ce mot fit s’embrumer les yeux de Venion. Comme Cale l’espérait, Venion se mit à sourire joyeusement de nouveau, et offrit également des louanges à Cale.

« Jeune Sire Cale est également une personne très intéressante et ouverte d’esprit. Revoyons-nous de nouveau dans le futur. »

‘Non. Je n’ai aucun désir de te revoir de nouveau. Même si cela arrive, ce sera de très, très loin.’

Cale cacha le fond de sa pensée et hocha la tête. Venion remonta rapidement dans son carrosse, comme s’il était réellement s’il était réellement occupé, et s’en alla.

Cale regarda le carrosse disparaître avant de tapoter l’épaule de Choi Han.

« La moitié des nobles sont comme cela. »

Les épaules de Choi Han tressaillirent aux paroles de Cale, mais Cale s’était déjà de nouveau agenouillé en face du vieil homme.

« Vieil homme. Tu ne peux pas te lever ? Tu t’es blessé à la jambe ? »

*Pat pat.*

Cale inspectait le corps du vieil homme en disant cela. Il n’avait pas l’air d’être blessé. Cale se mit à observer l’homme avec une expression confuse. Il appela ensuite Choi Han.

« Choi Han. »

Au lieu de répondre, Choi Han regarda juste le dos de Cale, qui était accroupi.

« Emmène ce vieil homme chez lui.
– N-Non, je vais bien. Le bar dont vous parliez.
– Pas la peine. Je ne suis pas d’humeur à boire. »

Cale empêcha le vieil homme de le guider vers un bar, et regarda Choi Han, qui se tenait à ses côtés.

« Puisque tu l’as sauvé, autant le faire complètement et assure-toi de son retour chez lui sain et sauf. »

La bouche de Choi Han s’ouvrit et se ferma tour à tour, mais il ne put rien dire. À ce moment, la voix du vieil homme entra dans les oreilles de Cale.

« Ma maison vend de l’alcool.
– Hmm ? Vieil homme, ta maison est un bar ? »

Les yeux de Cale montraient qu’il était réellement surpris. Le vieil homme sourit maladroitement, mais continua à parler avec une expression un peu plus relaxée.

« Oui, monsieur. C’est la seule auberge de ce village. Il sert aussi comme bar et restaurant.
– Puisque c’est la seule auberge, ce doit être le meilleur endroit. Hans ! »

Même sans que Cale ne dise quoi que ce soit, Hans s’approcha rapidement du vieil homme et l’aida à se relever, avant de lui demander à propos de l’auberge. Une fois que les deux se mirent en marche, les choses devinrent vite chaotiques autour d’eux.

Ron approcha rapidement Cale et essuya la saleté sur les vêtements de Cale. Le Vice-Capitaine et le reste du groupe se dirigèrent vers l’entrée du village. Les seules personnes qui restaient étaient Cale et Choi Han.

« … Cale-nim.
– Quoi ?
– N’êtes-vous pas en colère ?
– À quel sujet ? »

Choi Han hésita l’espace d’un moment, et ne put continuer à parler. Cale haussa ses épaules et lui répondit.

« Le fait qu’il me méprisait ? Ou comment il t’a déclaré quelque chose d’aussi ridicule ? Comment il a failli tuer ce vieil homme, et au lieu de s’excuser, a déclaré qu’il était un obstacle ? »

La voix de Cale était calme et firme. Il n’avait pas du tout l’air énervé. De fait, il semblait indifférent. Cale continua à parler.

« Dois-tu continuer à avancer lorsque tu vois quelqu’un en face de toi ? Pourquoi n’as-tu pas essayé de l’éviter ? Ne vois-tu pas que tu aurais pu blesser le vieil homme ? Comment peux-tu dire si nonchalamment qu’une personne est un obstacle lorsque tu as failli la tuer ? »

Choi Han écoutait Cale, qui regardait en direction d’une montagne au loin. Durant cela, il portait une attention toute particulière à chaque mot de Cale. Cale continua à parler fermement.

« Venion, pourquoi est-ce que le vieil homme s’excuse auprès de toi ? Tu devrais proprement lui présenter tes excuses. »

Cale pouvait parler comme Choi Han, et il y avait des moments où il souhaitait le faire. Mais.

« Je ne suis pas quelqu’un qui peut parler comme cela. Et je ne le veux pas non plus. Je ne suis également pas si énervé que cela. »

Mais ce n’était pas le moment. Cale savait que c’était l’une des choses qui rendaient Choi Han cool, mais il ne voulait pas avoir l’air cool comme cela.

Le vieil homme n’était pas blessé, et il ne voulait pas faire quelque chose qui pointerait une épée vers sa famille. Le fait que lui-même donnait mauvaise impression était bénéfique pour Basen, donc cela restait tout de même une bonne chose.

« J’ai appris que dans la vie il est mieux d’agir ainsi. »

Faire des compromis avec le pouvoir à un degré raisonnable, accepter l’irrationalité à un degré raisonnable. En même temps, vivre à ma guise dans certaines limites.

« Aussi. »

Cale était quelqu’un qui retournait toujours une faveur, quel que ce soit le temps que cela prenait. Si quelqu’un le méprisait ou s’en prenait à lui, il prendrait toujours sa revanche.

« Ce bâtard sera probablement expulsé de sa maison bientôt.
– … Hein ? »

Choi Han se doutait bien que le bâtard dont Cale parlait était Venion. C’était pourquoi Choi Han affichait une rare expression de choc sur son visage en regardant Cale.

Cale avait un sourire malicieux sur son visage. Les deux chatons, qui l’approchaient silencieusement, arrêtèrent leur mouvement.

Le sourire de Cale grandit tandis qu’il continuait de regarder la montagne à l’est du village. Il repensa à la chose qu’il ne pouvait pas dire à Choi Han.

‘Je prévois d’enlever le dragon de ce bâtard.’

Une fois le dragon disparu, Venion devra affronter la colère du Marquis et aurait un nouvel obstacle sur son chemin pour devenir le chef de famille. Quelqu’un qui ne sait pas s’arrêter en chemin ne devrait-il pas rencontrer au moins un obstacle ?

Cale était prêt à mettre un large obstacle sur le chemin de Venion. Bien sûr, cela serait fait en secret. Il parla nonchalamment à Choi Han, qui le regardait avec curiosité.

« Si tu es curieux, tu peux m’aider.
– Quoi que ce soit, je veux définitivement vous aider. »

Choi Han commença également à sourire. C’était un sourire assez cruel pour quelqu’un d’aussi gentil, mais les chatons étaient également intrigués par ce sourire.

Cale regarda en direction de la montagne qui était supposée exploser dans trois jours, et se mit à marmonner. Le fait qu’il était méprisé par Venion, ainsi que le sang sur les manches de Venion et la vue du vieil homme se prosternant devant Venion occupaient toujours l’esprit de Cale.

« Tu ne le regretteras pas. »

Il serait capable de lui rendre la pareille.

« Tu ne le regretteras définitivement pas. »

<< Previous Chapter | Index | Next Chapter >>

Bookmark(0)

No account yet? Register

About Team Cats in Bérets

Beware of the infamous cats from the Hénituse Household! A, Catto n°1 : Cussing Cat, the most cat of us all. E, Catto n°2 : Innocent Cat, the most flowery and sociable cat. L, Catto n°3 : Bookworm Cat, the cat quietly judging people behind her books.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *