La Pourriture de la Famille du Comte – Chapitre 3 – Lorsque j’ai ouvert les yeux (2)

Cale regarda tous les plats en face de lui. Il avança alors sa fourchette vers la salade, composée de fruits qu’il ne reconnaissait pas. Après s’être rempli l’estomac avec de la viande, de la soupe et du pain, il voulait essayer quelque chose de nouveau.

Le fruit ressemblait à une orange, mais la couleur était plus proche à celle des raisins. Cale mis le fruit dans sa bouche et pris une bouchée.

« Mm. »

À cet instant, le jus sucré du fruit remplit sa bouche. Il détestait vraiment les fruits acides, alors ce goût extrêmement sucré sur ses papilles le faisait inconsciemment saliver.

Il croisa alors le regard de son père Deruth, qui le regardait en retour.

« Cale. »

Deruth appela doucement le nom de Cale avant d’hésiter. Il commença alors à froncer les sourcils et d’ouvrir sa bouche. Cale n’aimait pas cette atmosphère pesante et commença à parler.

« C’est délicieux.
– Oui, ça a un goût écœurant… hein ? Tu viens juste de dire que c’était délicieux ?
– Oui. Tout a un goût merveilleux. »

Cale pris un autre fruit et sourit après avoir goûté encore une fois le goût sucré dans sa bouche. La pourriture, Cale Hénituse, ne s’était jamais soucié de l’étiquette de table de toute façon.

Il ne devait probablement pas faire ça –manger, tout en parlant avec son père, le chef de la demeure, mais qu’importe. Il n’était qu’une pourriture de toute manière.

‘C’est vraiment le meilleur d’être une pourriture.’

Personne ne s’en souciait réellement qu’importe ce qu’il faisait. Du moment qu’il pouvait s’empêcher de se faire brutalement corriger par le personnage principal, ça deviendrait une belle vie.

Comme Cale s’y attendait, personne ne critiqua son manque d’étiquette. En réalité, Deruth avait un sourire sur son visage et commença à acquiescer de la tête.

« Oui, c’est vraiment délicieux. C’est agréable de te voir autant apprécier la nourriture. »

Deruth semblait réellement être la seule personne qui s’inquiétait pour Cale. Il ne semblait même pas se soucier du manque d’étiquette de Cale. Enfin, un vrai père impliqué devrait probablement essayer de corriger la personnalité de Cale… mais ce Cale-là ne s’en préoccupait pas car il n’était pas le vrai Cale Hénituse.

« Oui. Soyez sûr de bien manger vous aussi, père. »

Basen laissa échapper un autre « Oh ! », et Cale, qui l’entendit cette fois, tourna son regard de nouveau vers les plats. Basen, âgé de 15 ans. Le petit-frère plus jeune que Cale de trois ans, était difficile à aborder.

Contrairement à Cale la Pourriture, Basen était intelligent, honnête et très responsable. Les membres de la famille poussaient Basen à être le prochain chef de la famille. Kim Rok Soo était d’accord avec ce choix, même après être devenu Cale.

‘Au lieu d’avoir une vie compliquée, en étant à la tête du territoire, je préfèrerai utiliser ma position en tant que frère ainé du Comte pour paresser et vivre une vie sereine dans un coin du territoire.’

Cale ne cherchait pas à se disputer avec Basen. Il pouvait entendre la réaction choquée de Basen et savait que Basen pensait mal de lui, mais que pouvait-il faire à propos de ça ?

Une fois que Basen devient le chef de la famille, il ne tuerait probablement pas Cale, mais pour ne pas être blessé et aller vivre tranquillement dans un petit village, il avait besoin de ne pas s’attirer l’hostilité de Basen.

‘Si ce n’est pas possible, je vais juste gagner de l’argent au préalable et aller quelque part où la guerre n’atteindra pas.’

Cale prétendait ne pas entendre la réaction choquée de Basen et continua à manger. Une fois que le repas était terminé, son père, Deruth, était le premier à se lever. Il semblait avoir été satisfait du déjeuner, et son visage était illuminé d’un sourire.

‘C’était vraiment délicieux.’

Si le déjeuner était comme ceci tous les jours, Cale voudrait bien sacrifier un peu de son sommeil pour venir déjeuner tout le temps. Deruth regardait chaque membre de sa famille qui se sont levés après lui, avant de poser son regard sur Cale, son premier-né.

« Cale, y a-t-il quelque chose dont tu as besoin ? »

Cale était confus du geste soudain de Deruth, mais il décida de répondre honnêtement.

« S’il-vous-plaît, donnez-moi de l’argent.
– Entendu, je vais t’en donner beaucoup. »

Deruth répondit sans aucune hésitation.

C’était réellement une famille riche.

Comme le territoire produisait du marbre et des raisins pour du vin, ils avaient tellement d’argent en ce moment, qu’ils ne savaient plus quoi en faire.

« Super. S’il-vous-plaît, donnez-en autant que tu peux. »

Cale pouvait sentir que les deux membres de sa fratrie le regardaient, mais il n’y avait aucune raison pour lui d’être embarrassé. N’était-il pas mieux de demander de l’argent au lieu de boire et causer des problèmes ?

De plus, il avait besoin d’argent pour avancer dans ses plans. Cette rencontre fortuite lui permettant d’obtenir un pouvoir suffisamment puissant pour le protéger. Il avait besoin d’argent pour provoquer cette rencontre fortuite.

« D’accord. Je vais t’en donner autant que je peux. »

Après avoir été satisfait de la réponse de son père, Cale commença à sourire. Seulement, il était bouche-bée après être retourné dans sa chambre et avoir reçu le chèque de Hans, le majordome adjoint.

Le chèque qui était un partenariat avec le département de la trésorerie et le département de la magie, faisait battre le cœur de Cale à la chamade.

‘Autant d’argent ?’

Cette famille ne semblait pas avoir seulement un peu d’argent. En fait, ils semblaient avoir beaucoup d’argent.

Le roman avait bien mentionné que Cale recevait beaucoup d’argent de poche, mais il ne mentionnait pas la somme exacte. Cependant, il pouvait réellement comprendre à quel point c’était, avec le montant écrit sur le chèque.

‘10 millions de gallons.’

C’était l’équivalent de 10 millions Won coréen*. Si c’était comme ça, Cale pouvait se permettre de changer ses plans. Le cerveau de Cale commença à réfléchir rapidement à ses options.

« Je vais à présent prendre congé, jeune maître. »

Le majordome adjoint délivra le chèque et s’inclina, mais Cale ne répondait pas. Le majordome adjoint, Hans, considéra ceci comme normal et se dirigea vers la porte. Mais, il s’arrêta très vite de bouger.

C’était parce que Cale s’était levé de son siège et dit quelque chose à Ron.

« Ron, allons dans le bureau. »

Hans devint alors anxieux aux mots de Cale. Ron en était de même.

« …Venez-vous de dire le bureau ? »

Cale trouvait cette réaction bizarre. La voix de cet homme sournois tremblait un peu. Y avait-t-il une raison pour laquelle il ne pouvait pas aller dans le bureau ?

« Oui. »

Il avait besoin d’aller dans le bureau pour formuler son plan. Il n’y avait pas de table ni même de papier dans sa chambre. Par contre, il y avait beaucoup de bouteilles d’alcool qui semblaient être très chères.

« Pardonnez-moi, jeune maître.
– Qu’y-a-t-il ? »

Cale regardait vers l’anxieux majordome adjoint.

« À ce propos, nous n’avons pas encore pu faire notre ménage matinal du bureau.
– Vraiment ? Ce n’est pas grave, si ce n’est qu’un jour de ménage.
– Non, monsieur. Nous ne pouvons pas faire ça. »

Pour une raison inconnue, le majordome adjoint était extrêmement insistant. Il se mit à sourire brillamment et montra un seul doigt.

« S’il-vous-plaît, attendez juste une heure ! Je jure sur mon nom que le bureau sera complètement propre, pas comme un bureau qui n’a pas été utilisé pendant dix ans, mais un qui a été utilisé juste hier !
– D’accord, qu’importe. »

Ça ne le dérangeait pas d’attendre une heure.

« Super. Alors, je vais aller reporter ça à Monsieur Le Comte.
– Pas la peine de faire ça, mais fais-le si tu le désires.
– Oui, jeune maître. Je vais y aller maintenant.
– Oui, d’accord. »

Comme un majordome adjoint bien-formé, Hans referma la porte sans faire aucun bruit et disparût. Il semblait pressé. Cale savait qu’il y avait trois majordomes adjoints essayant de devenir des majordomes officiels. C’était peut-être pour ça que Hans était aussi passionné.

« Ron.
– Jeune maître ?
– Qu’est-ce que tu as à fixer le vide, de cette manière ?
– Veuillez accepter mes excuses, jeune maître.
– Pas la peine de s’excuser. »

Ron eut une autre expression bizarre sur son visage, mais Cale rangea le précieux chèque dans sa poche intérieure en posant une question. Tellement de choses étaient arrivées qu’il n’avait pas eu le temps de demander la date du jour.

« Quelle est la date d’aujourd’hui ? »

Cette question aurait semblé bizarre venant de n’importe qui d’autre, mais Ron le domestique répondit avec une voix sympathique.

« Nous sommes le 29ème jour du 3ème mois de la 781ème année du calendrier de Félix.
– Mm, c’est un problème.
– Pardon ?
– Rien. »

Cale serra fermement les 10 millions de gallons dans sa poche encore une fois. La seule chose qu’il pouvait faire confiance, c’était l’argent.

La veille, le 28ème jour du 3ème mois de la 781ème année du calendrier de Félix.

C’était le jour où les villageois du Village de Harris, le village où le personnage principal, Choi Han, s’était rendu après s’être échappé de la Forêt des Ténèbres, l’endroit où Choi Han a ressenti de l’affection humaine pour la première fois dans ce monde, fait des amis, et créé une seconde famille, ont été assassinés par un groupe inconnu d’assassins.

Même Cale, qui a lu jusqu’au 5ème tome, ne savait pas la véritable identité de cette organisation secrète qui a assassiné les villageois.

Des lecteurs pourraient dire quelque chose comme ça en lisant à propos de cette situation.

‘Je pensais qu’il était vraiment fort. Que faisait Choi Han lorsqu’ils se faisaient assassiner ?’

Il est naturel de penser comme ça.

Cependant, il y a une raison pour laquelle ce roman était appelé, [La Naissance d’un Héros], et non, [La Force d’un Héros], ou, [La Guerre des Héros].

Naissance.

C’était l’histoire d’une personne qui surpasse toutes sortes d’obstacles et qui porte toutes les souffrances de son passé tout en devenant un héros. L’amour et l’amitié qui arrivent sur le chemin pendant qu’il rencontre des ennemis et des amis.

Quelque chose qui ne pouvait pas être manquant dans une histoire comme celle-ci est ‘l’éveil’. Il a peut-être des talents explosifs et vécu pendant des dizaines d’années dans la Forêt des Ténèbres, mais à travers tout cela, Choi Han était encore une personne innocente et gentille qui ne pouvait pas tuer un autre être humain. Il n’avait aucun souci à tuer des monstres, mais Choi Han n’a jamais blessé quelqu’un d’autre.

Dans le but de transformer quelqu’un comme lui en un héros, le roman avait créé une situation pour Choi Han. Dans le but de soigner la dame qui l’a considéré comme son propre fils, Choi Han était parti dans la Forêt des Ténèbres pour trouver des herbes médicinales rares.

Il a dû se rendre au plus profond de la forêt pour en trouver, et, lorsqu’il a finalement réussi à trouver l’herbe et retourner vers son village, il y trouva les corps des villageois assassinés, les maisons en train de brûler, et les assassins qui étaient sur le point de partir.

Choi Han est devenu fou après avoir vu ça et tua une personne pour la première fois. Bien sûr, les personnes qu’il tua étaient membres de l’organisation secrète, et cette organisation secrète affrontera Choi Han plusieurs fois tout au long du roman.

Choi Han retrouva son état normal uniquement après avoir tué tous les assassins de l’organisation secrète, avant d’entrer dans un état de désespoir, car il était incapable d’obtenir des informations à partir de leurs cadavres. Il enterra alors les corps des villageois avant de se faire une promesse.

‘Je vais tous les tuer. Je vais tuer toutes les personnes qui ont causés ceci.’

Choi Han réalisa alors ce qu’était que de perdre quelqu’un, mais son premier meurtre commença à empoisonner son esprit. Bien sûr, après avoir rencontré ses compagnons, il a commencé à ressentir des sentiments à nouveau, et grandît jusqu’à devenir un véritable héros.

« …Ron.
– Oui, jeune maître.
– Un verre d’eau froide, s’il-te-plaît.
– …Compris. »

Après que Ron partit et qu’il fut laissé seul dans cette chambre, Cale recouvra son visage de ses mains.

Le problème était que la ville, vers laquelle ce tordu de Choi Han se dirige après avoir quitté le Village Harris, est une ville appelé Rain, localisé au centre du territoire de Hénituse.

Cale qui rencontre malencontreusement Choi Han, l’énerve et fini par être brutalement corrigé. C’est lorsque Choi Han obtient son premier subalterne et compagnon, le cuisinier fiable, Beacrox.

‘…Je voulais m’y rendre là-bas en avance et l’aider.’

Le meilleur scénario pour ne pas se prendre une correction n’était à présent plus disponible. Je tenais à pouvoir potentiellement sauver les personnes du village, mais il n’y a plus rien que je puisse faire à présent.

À présent, tout ce qu’il me reste à faire est d’assurer que j’agisse de manière à éviter de me faire brutaliser par le Choi Han énervé, qui se déplaçait à une vitesse incroyable pour arriver à la ville de Rain le lendemain.

‘Éviter le personnage principal n’est pas une bonne idée.’

Il avait besoin de tomber sur Choi Han, pour que Ron et Beacrox tombent, de même, sur lui. C’était le seul moyen pour ces trois-là de quitter cet endroit ensemble et commencer officiellement leur voyage. Dans ce cas, il ne reste plus qu’un seul champ d’action.

‘Provoquer leur rencontre et ensuite se mettre hors de leur chemin.’

Avec la meilleure première impression, si possible.

« Jeune maître.
– Ah, merci Ron. »

Cale pris une gorgée de la tasse que Ron a rapporté. Il commença alors à froncer les sourcils.

« Ce n’est pas de l’eau froide ?
– C’est de la limonade. »

Il était réellement un homme insidieux. Il savait que, comme Kim Rok Soo, le Cale d’origine déteste les choses acides. Mais il a quand même choisi de rapporter de la limonade, qui allait être plus difficile à préparer que de l’eau froide. Cale voulait être en colère pour le goût acide, mais il ne pouvait pas l’être car il était trop effrayé par ce vieil homme assassin. Il ne pouvait que boire cette limonade.

« Merci, c’était merveilleux.
– Ce n’est rien. Jeune maître. Nous devrions bientôt pouvoir aller au bureau.
– Super. »

Le sourire bénin et gentil de Ron provoqua des frissons chez Cale. Il serra encore une fois les 10 millions gallons de sa poche comme réconfort.

L’argent était vraiment la seule chose qu’on pouvait faire confiance.

___
TL notes :
* En Corée, ils utilisent le won, avec une petite différence entre la Corée du Sud et la Corée du Nord. En Euro, 10 millions de gallon reviennent à 74€ environ.

<< Previous Chapter | Index | Next Chapter >>

About Team Cats in Bérets

Beware of the infamous cats from the Hénituse Household! A, Catto n°1 : Cussing Cat, the most cat of us all. E, Catto n°2 : Innocent Cat, the most flowery and sociable cat. L, Catto n°3 : Bookworm Cat, the cat quietly judging people behind her books.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *